Quelle transparence ?

La décision du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest d’accepter l’offre d’Ottawa sur les transferts en santé est discutable. Et « discutable » est ici le terme approprié.

On peut croire, comme la députée Julie Green, que Bob Mcleod a ployé un peu vite aux pressions fédérales et qu’il aurait pu obtenir des gains plus substantiels en demeurant solidaire des provinces non-signataires. Ça se défend.

On peut tout aussi bien donner raison au pragmatisme d’un Cory Vanthuyne, en convenant qu’Ottawa n’allait pas cracher le motton de sitôt et que, dans les circonstances, mieux vaut une offre à rabais que rien du tout.

C’est discutable. Ça se discute.

Or pour discuter, il faut communiquer, interagir. Et ça, le gouvernement de Bob Mcleod ne l’a pas fait. Il n’y a pas que L’Aquilon qui s’est buté à un refus quand il a voulu jouer son rôle en demandant des explications au gouvernement qui venait de prendre une décision discutable concernant le financement de son plus imposant poste budgétaire. Toutes les salles de nouvelles des TNO se sont fait dire que M. Mcleod n’allait pas être disponible avant au moins la fin de la semaine. Une éternité en information.

Pour un gouvernement qui s’est fait élire en promettant plus de transparence, cette allergie à la reddition de comptes paraît plutôt mal.

Bonne ou pas, l’entente sur la santé? J’aurais bien voulu en discuter avec vous, or nous n’avons pas eu les moyens de le faire. Ce que je peux vous dire, en tous cas, c’est que si cette décision avait été aussi formidable que ce que voulait faire croire le ton enthousiaste des rédacteurs de communiqué de la Colline parlementaire, le gouvernement aurait déployé des nuées de relationnistes pour inciter les médias à chanter ses louanges.

Il a préféré se taire.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.