Ballroom Gala 2016 : Que la fête continue!

10 novembre 2016
La troupe de danseurs du Gala 2016 extatique après une représentation réussie.
(Crédit photo : Nicolas Servel)

La troupe de danseurs du Gala 2016 extatique après une représentation réussie. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Cela fait 29 fois que le gala de danse de Yellowknife émerveille et impressionne ses spectateurs à travers la valse américaine, le mambo, la cumbia, la salsa ou encore le cha-cha-cha. Cette année fut même, d’après plusieurs personnes du public, la meilleure présentation depuis quelques temps.

Vizenta Bugg a démarré une classe de danse au début des années 80, un programme inscrit dans le calendrier d’activités de la ville de Yellowknife. Après quelques événements privés, l’engouement et la qualité des numéros grandissants, le gala voit le jour sous sa forme officielle en 1986. Depuis, une troupe de danseurs amateurs de la capitale ténoise et des invités professionnels dévoilent leurs talents chaque année devant une salle toujours comble et ravie.

Les défis sont nombreux à chaque édition; il faut trouver et former des danseurs de qualité et la coordination de l’événement demande beaucoup de temps et d’énergie. Vizenta Bugg qui a eu des problèmes de santé cette année a confié qu’elle souhaite que le spectacle continue, mais qu’il faudra l’engagement des plus jeunes pour que le gala 2017 puisse avoir lieu. Lors du bilan au lendemain de la performance, le sujet était déjà sur la table parmi la troupe de danseurs, certains se sont d’ailleurs engagés à suivre des cours de danse plus approfondis dans le sud pour hausser leur niveau et ainsi rendre ce souhait possible.

Si l’envie est présente, il faudra retrousser ses manches et travailler dur pour que l’édition 2017 existe et que l’événement puisse célébrer sa trentième année.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.