La route Idaa sur le Web : Quand la technologie se marie à l’histoire

27 juin 2003
0 Commentaire(s)
Le lancement officiel du site Internet a eu lieu le 18 juin dernier, mais depuis un peu plus de quatre mois, il était possible de naviguer sur cette mer d’informations.

Le site web, Leçons de la nature : la route Idaa, permet à des milliers de visiteurs du monde entier de refaire le sentier parcouru autrefois par les Dogribs, sans quitter le confort de leur salon.

Rappelons que le site est un projet du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, en partenariat avec le programme les Communautés ingénieuses, d’Industrie Canada.

Du Grand lac des Esclaves jusqu’au Grand lac de l’Ours, huit arrêts attendent nos visiteurs sur cette route traditionnelle dogrib. En cliquant sur le nom de l’endroit qui vous intéresse, il est possible de visiter un petit village, un emplacement de tombes ou encore de suer virtuellement lors d’un portage. La route Idaa peut être parcourue en trois langues, soit l’anglais, le français ou le dogrib.

Les textes anglais et français comportent plusieurs mots en langue dogrib, il vous est alors possible de cliquer sur ces mots pour en entendre la prononciation exacte.

Il y a eu plus de 10 000 visiteurs depuis la mise en ligne du site. Les internautes proviennent des quatre coins du monde: Chine, Corée du Nord, Afrique du Sud, Togo et Chili, etc.

Le concepteur en chef du site, Mark Heyck, se réjouit de cet achalandage. « Je suis agréablement surpris de voir tous les gens rejoints par un sujet aussi précis, ciblé. »

Il faut dire qu’un effort tout particulier a été mis sur le volet pédagogique du site. Une campagne de sensibilisation fut menée auprès des enseignants du monde entier afin qu’ils se servent du site, comme d’un outil d’apprentissage.

Pour les enfants, la route Idaa fut transformée en une histoire vivante, où il est possible de suivre les aventures de deux grands-parents et de leurs trois petits-enfants. La narration de cette histoire est également disponible sur le site, en anglais et en langue dogrib seulement. La version française sera disponible sous peu. Un contrat avec une maison d’éditions ayant été signé, nous pourrons donc retrouver cette histoire sous forme de livre.

Selon le directeur du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, Charles Arnold, « le plus difficile fut de choisir l’information à mettre en ligne parmi les millions de sujets possibles. »

En effet, le site comprend déjà tellement d’informations, qu’il est intéressant, selon Mark Heyck de revenir plus d’une fois.

« De la façon dont nous avons construit le site, il est toujours possible d’incorporer de nouvelles informations ou de nouveaux projets audio. Il se pourrait que le site change et nous aviserons alors les gens qu’il y a de nouveaux éléments à découvrir. »

Mark Heyck souhaitait réaliser un site vivant, avec des extraits de vidéos, des éléments sonores divers et plusieurs liens menant à d’autres banques de données. Son objectif est atteint, même si pour lui, il y a toujours place à l’amélioration.

« Il est certain que bâtir un site comme celui-là, dans trois langues, comporte des difficultés importantes. Nous sommes très heureux du résultat et espérons que les deux autres modules seront encore mieux construits. C’était une première expérience de laquelle nous avons énormément appris.»

En attendant le deuxième module, qui sera en ligne au printemps 2004 et aura comme titre, Voyages de Nuligak, vous pouvez aller parcourir la route d’Idaa au : www.lessonsfromtheland.ca.