Chronique TNO Santé : Quand ça ne va pas… Les troubles de l’humeur

04 octobre 2012
0 Commentaire(s)

 
Deux principaux troubles de l’humeur sont cités dont le trouble bipolaire et la dépression. Collectivement, les troubles de l’humeur sont l’une des maladies mentales les plus répandues dans la population générale. Les études canadiennes sur l’incidence de la dépression majeure au cours de la vie ont constaté que 7,9 % à 8,6 % des adultes de plus de 18 ans et vivant dans la collectivité répondaient aux critères de diagnostic d’une dépression majeure à un moment donné de leur vie. Les troubles de l’humeur affectent des gens de tout âge, mais apparaissent habituellement à l’adolescence ou dans la jeune vie adulte. Le diagnostic étant souvent retardé, l’âge moyen des personnes atteintes s’étend du début de la vingtaine au début de la trentaine.
Les troubles de l’humeur accompagnent souvent d’autres maladies mentales, comme les troubles d’anxiété, les troubles de la personnalité ainsi que la toxicomanie et les dépendances. La présence d’une autre maladie mentale augmente la gravité de la maladie initiale et entraîne un moins bon pronostic. Les personnes souffrant de troubles de l’humeur sont à risque élevé de suicide.

Trouble affectif bipolaire
Anciennement appelé maladie maniaco-dépressive, le trouble bipolaire est une affection médicale qui occasionne des changements brusques d’humeur, du niveau d’énergie et de la capacité de fonctionnelle. Une personne aux prises avec ce trouble vit des périodes de dépression profonde suivies de périodes d’exaltation excessive (manie).
Caractéristiques d’épisodes dépressifs
Sentiments profonds de tristesse, de désespoirs, de nullité et de culpabilité; Isolement social, perte d’intérêt pour les activités habituelles; Perte de confiance, troubles de mémoire et de concentration, baisse du rendement scolaire; Anxiété, instabilité psychomotrice, difficulté à prendre des décisions; Augmentation de la consommation d’alcool ou de drogues; Pensées de mort, idées suicidaires ou tentatives de suicide; Perte de poids, graves problèmes de sommeil ou grande lassitude; Hallucinations et idées délirantes (parfois).
Caractéristiques d’épisodes maniaques
Hausse du niveau d’énergie, agitation, besoin réduit de sommeil, élocution rapide; Sentiments d’euphorie, augmentation de l’estime de soi ou idées de grandeur; Instabilité, hypersensibilité aux critiques, sautes d’humeur; Fuite des idées, manque de jugement, surestimation de ses capacités, distractivité; Consommation accrue d’alcool et de drogues; Hausse de libido; Déni du problème, fantasmes, projets irréalistes; Hallucination et idées délirantes (parfois).

Dépression
Une certaine déprime ou tristesse accompagnant un événement malheureux est une réaction normale. La dépression clinique concerne l’organisme entier et influe sur l’humeur, la pensée et le comportement. Elle débute habituellement durant l’adolescente et est deux fois plus rependue chez les filles. À défaut d’un diagnostic et d’un traitement, elle représente la principale cause de suicide chez les jeunes. C’est une maladie à forte composante génétique. Les facteurs environnementaux, comme le stress dans un conflit familial, un décès ou une séparation d’un être cher, un divorce, un déménagement, une difficulté de langage, peuvent déclencher un état dépressif.
Caractéristiques d’une dépression profonde
Humeur triste, anxieuse, sombre ou sentiment de vide persistant; Plus grande irritabilité ou agitation, agressivité, combativité; Léthargie ou profonde lassitude; Désespoir exprimé; Manque de confiance; Indécision, manque de concentration ou trous de mémoire; Baisse de rendement scolaire, devoirs manqués; Volonté de rester confiné au lit ou à la maison; Perte de la joie de vivre, de la capacité d’éprouver du plaisir; Troubles des conduites alimentaires, perte ou gain de poids; Troubles marqués du sommeil; Replis sur soi-même, isolement social, refus de parler aux gens; Notes de suicide ou gestes suicidaires.

Stratégies proposées
- S’il y a des troubles de l’humeur dans la famille, soyez à l’affut des premiers signes;
- Consultez votre médecin pour confirmation de vos doutes;
- Si le diagnostic est formel, travaillez étroitement avec un professionnel de la santé mentale pour amener la personne à accepter le traitement;
- Montrez vos marques d’affection, d’amour et de soutien;
- En présence d’idées suicidaires, demandez de l’aide sans tarder;
- Maintenez un contact régulier et quotidien avec la personne souffrante, même si celle-ci vous demande de la laisser tranquille;
- Encouragez un mode de vie sain comprenant beaucoup d’activité physique, de saines habitudes alimentaires et un sommeil régulier;
- Faites preuve d’optimisme en répétant que cette personne vivra normalement un jour;
- Ne vous vexez pas. La dépression provoque une distorsion de la pensée rendant très difficile toute manifestation de reconnaissance;
- Surveillez la consommation excessive d’alcool ou de drogues;
- Établissez un horaire d’activités pour structurer la journée.

Ressource à consulter
- Santé Canada : Rapport sur les maladies mentales au Canada, Ottawa, Canada, 2002 http://www.hc-sc.gc.ca/pphb-dgspsp/publicat/miic-mmac/index.html
Fondation canadienne de la recherche en psychiatrie : Quand ça ne va pas, Toronto, Canada 2005