Sculpture du Nord : Projet artistique

18 juin 1999
0 Commentaire(s)
L'allure du MacAvoy Rock risque de changer sous peu si le projet Sculpture du Nord proposé par la Fédération Franco-TéNOise sait charmer les gouvernements fédéral, territorial et municipal.

Ce n'est rien de moins qu'une sculpture d'environ 60 pieds de haut qui risque d'enjoliver la paroi de la MacAvoy Rock située sur l'avenue Franklin. Mais avant, le projet doit obtenir l'approbation des gouvernements fédéral, territorial et municipal.

Ce projet d'envergure, que souhaite pouvoir réaliser le directeur général de la Fédération Franco-TéNOise, Daniel Lamoureux, se heurte ainsi à quelques obstacles.

D'abord, aux Territoires du Nord-Ouest, les terres appartiennent à la Couronne. Pour pouvoir construire ou utiliser une portion de ces terres, il faut donc convaincre la ville d'en faire la demande au gouverneur général.

Si ce dernier approuve, la ville pourra louer la portion de terre qu'espère utiliser la FFT. Toutefois, les choses ne s'arrêtent pas là. La ville, le ministère des Affaires municipales et communautaires des TNO ainsi que la Bande dénée de N'Dilo et de Dettah ont aussi leur mot à dire. Bref, bien que la volonté pour mener à bien le projet soit bel et bien présente, sa réalisation reste encore hypothétique.

«Nous avons reçu une lettre du commissaire des TNO, Daniel Marion, dans laquelle il mentionne qu'il ne voit pas d'objection à ce qu'un site qui démontre la rencontre des cultures francophones et autochtones prenne forme à Yellowknife », explique M. Lamoureux, «reste à voir quelle sera la décision du GTNO, de la Bande dénée et de la ville. »

Néanmoins, les quatre artistes attitrés : Sony MacDonald, un métis de Fort Smith, John Sabourin, un déné de Fort Simpson, Eli Nasogaluak, un inuvialuit de Tuktoyaktuk et Armand Vaillancourt, un francophone de Montréal, se sont tout de même rencontrés à Yellowknife les 11, 12 et 13 juin afin de discuter du projet et de penser à son concept.

Sur la paroi, l'artiste Armand Vaillancourt, se chargera de graver dans la pierre une «rivière de mains ». Ainsi, pour marquer l'entrée dans le nouveau millénaire, 2000 mains se chevaucheront et montreront vers le ciel. Les résidants de Yellowknife seront appelés à prêter leur main et le nom de chaque participant sera archivé.

Quant aux trois artistes autochtones, ils se chargeront de sculpter dans un gros bloc de marbre des symboles représentant leur culture et leur tradition : soleil, ours polaire, caribou, etc.

Idéalement, le projet devrait débuter au mois d'août et prendre fin à la mi-septembre. Advenant l'impossibilité d'obtenir un bail permettant de louer le MacAvoy Rock, la FFT a déjà envisagé une alternative.

«Nous avons présenté le projet de sculpture sur le marbre au Comité en charge du développement de la Place de la capitale située tout près de l'Assemblée législative. Les responsables semblent réceptifs à l'idée », conclut M. Lamoureux.