La sélection de terres continue d’être explorée : Processus du Deh Cho

13 juillet 2007
0 Commentaire(s)


C’est avec une bonne dose de résignation que les membres des Premières nations du Deh Cho (PNDC) ont permis à leur équipe de négociation d’explorer l’avenue de la sélection de terres dans le cadre de leur revendication territoriale globale. Rappelons qu’en vertu du Plan d’aménagement du territoire leur servant de base de négociations, les Deh Cho revendiquent la gestion partagée sur la totalité du territoire revendiqué, ce que le gouvernement fédéral a aussitôt rejeté il y a un peu plus d’un an.

L’ouverture pour aborder la sélection des terres n’est pas nouvelle. Les négociateurs du Deh Cho avaient reçu ce mandat lors d’une assemblée spéciale tenue le 30 novembre dernier. La décision prise la semaine dernière ne venait donc que confirmer ce que les négociateurs savaient déjà : « C’est ce que l’on avait prévu et c’est de cette manière que l’on voyait notre mandat », a d’ailleurs commenté le négociateur en chef, George Erasmus.

« Nous préférons qu’il n’y ait pas de sélection des terres, mais nous avons le mandat d’explorer pour voir qu’elle est l’offre complète du Canada. Ensuite, les Premières nations du Deh Cho auront une assemblée et se prononceront [sur une proposition d’entente de principe provenant du gouvernement fédéral ]», poursuit-il.

La résolution adoptée lors de la dernière assemblée réaffirme d’ailleurs la volonté des Deh Cho de faire une proposition « qui rejette la sélection des terres ». Cependant, elle permet aux PNDC de « continuer les discussions exploratoires avec le Canada sur des modèles variés afin d’atteindre la clarté et la certitude en matière de propriété, de gestion et de juridiction sur les terres et les ressources ».

« Les gens ont dit qu’ils voulaient explorer l’option de la sélection des terres, mais ils ne veulent pas choisir des terres qui leur appartiennent déjà », explique le Grand chef Herb Norwegian, qui dit ne pas avoir perçu « d’appétit » pour la sélection des terres. « À travers le Canada, il y a des nouvelles options et on peut maintenant les explorer ».

Une autre résolution adoptée par les PNDC appelle à la négociation avec le Canada pour la mise en œuvre rapide du Plan d’aménagement du territoire Deh Cho et ce, indépendamment du processus de négociations sur les revendications territoriales. « Il y a présentement une révision du plan et il y a un nouveau comité avec un nouveau président », laisse entendre M. Erasmus.

Celui qui occupait la présidence de ce comité jusqu’à jeudi dernier, Herb Norwegian, a effectivement cédé sa place à Michael M. Nadli, de Fort Providence. « Nous avons des gens de haut calibre sur ce comité et ils sauront faire accepter le plan au gouvernement fédéral. Puisque le Canada avait rejeté le plan, nous essayons de contourner le problème », a-t-il commenté.