Débâcle de la rivière au Foin : Préparez-vous!

30 avril 2009
0 Commentaire(s)
La débâcle a effectivement commencé à High Level le 27 avril, soit une semaine à l’avance par rapport à 2008. Les niveaux des eaux de fonte en Alberta sont très élevés. La débâcle arrivera probablement à Hay River entre le 2 et le 4 mai. (Photo : Francoise Jaussoin)

La débâcle a effectivement commencé à High Level le 27 avril, soit une semaine à l’avance par rapport à 2008. Les niveaux des eaux de fonte en Alberta sont très élevés. La débâcle arrivera probablement à Hay River entre le 2 et le 4 mai. (Photo : Francoise Jaussoin)

Cette année la débâcle pourrait être plus menaçante que l’an passé. Elle est attendue entre le 26 avril et le 6 mai. Des résidents de l’île Vale demandent à la ville d’être plus sensible et plus solidaire avec eux.

Les résidents de l’île Vale sont prévenus : la débâcle de cette année risque d’être aussi puissante, sinon plus, que celle de 2008. La ville conseille aux habitants de l’île de se préparer à évacuer à tout moment entre le 26 avril et le 6 mai.

Une rencontre avec l’adjoint au maire, Mike Maher, et des membres de l’équipe municipale a réuni une quarantaine de résidents de la vieille ville jeudi 23 avril, au centre d’entraînement des pompiers. M. Maher a présenté sommairement un relevé des crues printanières depuis 1971, stipulant qu’à chaque fois, les hauteurs des crues étaient différentes, dépendant de plusieurs facteurs : masse des eaux de fonte en provenance de l’Alberta (la rivière au Foin prend sa source dans cette province), caractéristiques physiques et environnementales, amas de morceaux de glace qui empêchent l’écoulement des eaux, celles-ci se répandant alors sur les berges. Or l’hiver a été marqué par des chutes très importantes de neige et de fortes épaisseurs de glace depuis l’Alberta jusqu’aux TNO. Des mesures d’enneigement, relevées à l’aéroport de Hay River début avril, indiquaient une hauteur totale de 185 centimètres de neige accumulée au cours de cet hiver.

Dès la fin mars, la rivière est constamment auscultée par le centre de surveillance des glaces (River Ice Engineering, www.riverice.ca) de l’Université de l’Alberta. Mme Faye Hick , ingénieure responsable du programme de surveillance, informe jour après jour la mairie des mesures prises plusieurs fois par jour. Mais ces chiffres ne rendent pas compte de l’imprévisibilité de la nature.

Celui qui ose prédire haut et fort que la débâcle de 2009 sera probablement dangereuse s’appelle Red McBrian. Cet ancien conseiller municipal, âgé d’environ 90 ans, surveille scrupuleusement la rivière à la même époque depuis plus de 40 ans.

« Préparez-vous et mettez vos affaires à l’abri, lance-t-il à l’assemblée. J’ai vu la débâcle de 1963, qui a causé des millions de dollars de dégâts. Cette année, la glace est épaisse de trois pieds à l’entrée de la ville et de quatre pieds au niveau de la réserve, avec 20 pouces de neige par dessus. Ça en fait bien plus que les dix dernières années. Des fissures apparaissent un peu partout et elles s’agrandissent très vite.»

Inquiets, des résidents échaudés l’an passé ont manifesté leur frustration envers l’équipe municipale. « Si on est là ce soir, c’est parce qu’on ne veut pas revivre le cauchemar de l’an dernier », affirme d’une voix forte un homme qui cherche un moyen de mettre ses six camions à l’abri. Vous nous dites qu’on doit attendre, qu’on ne peut rien prévoir pour sûr. Mais la plupart de ceux qui sont ici n’ont pas encore été remboursés des dégâts qu’ils ont subis l’an passé. »


Un nouveau propriétaire exprime sa colère face à la négligence qu’il a vécue l’an dernier. « Que fait donc la mairie pour nous avertir à temps? Il n’y a que la surveillance technique qui compte? Personne n’a vu venir cette inondation, on a été pris par surprise et nous avons été extrêmement choqués. Nous avons à nouveau peur pour ce qui nous attend. Alors, si le pire devait encore se produire, et quoi que ça coûte, faites quelque chose, s’il vous plaît. Faites en sorte que nous puissions vous faire confiance. » Son discours fut longuement applaudi.

L’un après l’autre, des résidents expriment des besoins d’assistance qu’ils répètent année après année : que la ville prête un lieu gratuit pour y entreposer les gros matériels et véhicules qui sont pour l’instant à l’extérieur des maisons, qu’elle aide techniquement à enlever des équipements lourds de propriétés menacées par une inondation possible, qu’elle dise où et comment ceux qui ne sauront pas où aller seront hébergés. Une voix s’élève pour condamner l’absence du maire à cette rencontre et le peu d’aide concrète que la ville octroie aux résidents depuis toutes ces années.

Au sujet des lieux d’hébergement d’urgence, M. Maher rétorque « Allez à l’aréna, les services sociaux vous trouveront une place », sans être capable de préciser à quel endroit et comment. Sinon, il conseille d’éviter les risques d’une évacuation en allant « chez des amis ou dans de la famille. Restez-y pendant quelques jours. » À tous les autres besoins exprimés, il répond « je ne peux faire aucune promesse. »

Les services sociaux proposeront une antenne d’urgence à l’aréna. Un comité local de surveillance lancera une alerte immédiate aux services d’urgence dès que la glace brisera près de Hay River. Des enveloppes ont été distribuées avec des fiches d’information pour savoir comment faire face à une inondation. La route d’accès entre l’île et la ville sera étroitement surveillée et les résidents de l’île Vale auront la priorité de circulation.