Immigration : Première rencontre

La délégation ténoise à Moncton. (Gracieuseté : FFT)

La délégation ténoise à Moncton. (Gracieuseté : FFT)

Les ministres provinciaux et territoriaux chargés de l’Immigration se sont rencontrés au premier Forum
pancanadien sur l’immigration francophone à Moncton, le 31 mars dernier.

 

Pour la première fois en réunion avec ses homologues provinciaux et territoriaux sur la question de l’immigration francophone, le ministre ténois chargé de l’Immigration a fait un tour de la situation pour affiner un futur plan stratégique des TNO sur l’immigration. Le 31 mars, à Moncton, le ministre Moses a pris le temps de découvrir les défis et les meilleures pratiques au Canada en terme d’immigration francophone.


« Ces discussions peuvent être décrites comme historiques alors que c’était la première fois que les ministres responsables de l’Immigration échangeaient avec ceux responsables de la francophonie canadienne. Sans oublier les nombreux acteurs de la francophonie canadienne qui étaient présents pour une réunion préalable et avec qui nous avons aussi pu avoir des échanges », de décrire le ministre Moses, chargé de l’Immigration aux TNO.
Le ministre dit prendre exemple sur le Nouveau-Brunswick, l’Ontario, le Québec et la Nouvelle-Écosse qui ont de bons résultats en terme d’immigration francophone et reconnaît que ce genre de rencontre lui est bénéfique pour mettre en place la première stratégie ténoise en immigration.


Pour Antoine Gagnon, directeur du Conseil de développement des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO), qui lui aussi était à Moncton, il importait de positionner son organisme en tant qu’intervenant qualifié au sein de ce plan stratégique ténois. « Le CDÉTNO a une expertise dans les programmes d’intégration des immigrants. Donc mon message au ministre Moses, était de continuer à nous consulter et de nous considérer comme un partenaire au niveau de l’offre de service dans l’intégration, mais surtout dans la rétention des immigrants aux Territoires du Nord-Ouest », explique-t-il.


Alors que le ministre espère que la nouvelle stratégie soit déposée au mois de juin devant l’Assemblée législative, le CDÉTNO veut s’assurer que des programmes d’immigration tels que les programmes des candidats puissent s’accroitre. « On les félicite sur les résultats des programmes des candidats des TNO, c’est un beau succès. Mais nous voulons également couvrir les gens après l’obtention de leur résidence permanente », dit Antoine Gagnon qui stipule que cette nouvelle stratégie vise tous les immigrants qu’ils soient francophones où non.

Alors que ce dossier de l’immigration est également de juridiction fédérale, Antoine Gagnon comprend que les deux niveaux de gouvernement ont beaucoup d’ajustements et de travail à effectuer pour accorder au mieux leurs actions et leurs financements.
Pour Jean-de-Dieu Tuyishime, le directeur de la Fédération franco-ténoise qui opère aussi un service d’intégration des nouveaux arrivants francophones aux Territoires, la stratégie d’immigration du gouvernement territorial se doit de diversifier ses programmes. « Le programme des candidats des TNO marche très bien, mais il faut développer des programmes pour faciliter l’intégration et la rétention de nos immigrants. On parle en matière d’habitation, de cout de la vie ou de soutien de la communauté pour les intégrer. On a remarqué que ce n’est pas uniquement l’emploi qui fait rester les nouveaux arrivants », commente-t-il.

Un programme efficace
Selon le ministre, le programme des candidats aux Territoires a été majoré de 25 % annuellement et le GTNO a reçu plusieurs accolades pour la vitesse de traitement de leurs dossiers. Il dit vouloir continuer de concentrer les efforts sur le programme des candidats. « Nous sommes une des juridictions les plus efficaces au Canada concernant la sélection et le processus de candidature. Ici nous avons un temps de réponse d’environ 10 semaines. Les autres provinces et territoires étaient contents d’entendre ça et nous avons invité nos partenaires fédéraux à découvrir nos procédures ici dans le Nord. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.