Éditorial : Politique de l’autruche?

J’ai rapidement parcouru le document intitulé Des compétences pour réussir, qui établi certaines projections en matière d’emploi et de politique d’emploi (voir article en page 1). La première statistique qui m’a marqué est celle des 4278 travailleurs et travailleuses disponibles pour occuper un emploi. Ce qui m’a surtout intrigué, c’est que 61 % vivent dans les petites communautés alors que 39 % vivent dans les centres urbains (Fort Smith, Hay River, Inuvik et Yellowknife).
Ma première réflexion s’est portée vers le nombre élevé de sans emploi dans les petites collectivités. Facteurs importants de ce phénomène, il y a le faible niveau de scolarisation et le manque d’emplois dans ces communautés. Plusieurs raisons peuvent expliquer le faible niveau de scolarisation notamment l’environnement familial et social, le manque de ressources pédagogiques et… l’absence d’emplois, ce qui nous ramène au deuxième facteur.
On le sait, les activités gouvernementales des TNO sont centralisées, très peu de services étant décentralisés vers les plus petites communautés. J’ai rapidement tenté de retrouver ces statistiques dans ce rapport sommaire, en vain.
Je crois que les responsables de cet exercice de politique en matière d’emploi suivent la politique de l’autruche. Quelle meilleure façon d’éviter la polémique de la centralisation des services gouvernementaux dans les centres urbains si on ne met pas de l’avant les chiffres indiquant dans quels centres urbains se retrouvent les emplois, notamment les emplois gouvernementaux.
Or cette question est cruciale tant pour la justesse d’une politique de l’emploi que dans les exercices du gouvernement pour encourager le développement sain de la société ténoise. Quand la grande majorité des emplois est concentrée dans quatre centres urbains, cela ne favorise aucunement la poursuite des études chez les jeunes. Je l’ai trop souvent constaté chez les jeunes du Sahtu que l’absence d’emplois dans la région était un facteur expliquant leur faible désir de poursuivre leur scolarité.
Toute politique gouvernementale en matière d’emploi doit absolument se pencher sur la distribution des emplois à travers les régions et les communautés sinon, elle sera inévitablement inefficace. Il faut soulever le débat, mais ça, comme disent les anglophones, c’est l’éléphant dans la salle.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.