Rétrospective 2011 : Politique

06 janvier 2012
0 Commentaire(s)
Jack Layton et Olivia Chow (Archives)

Jack Layton et Olivia Chow (Archives)

Janvier

Sur la scène politique, l’année 2011 aura surtout été marquée par la fameuse dévolution. Cette dévolution, c’est le transfert du Canada au gouvernement territorial de la gestion et du contrôle des terres de la Couronne, des ressources et des droits qui concernent ses eaux. Vers la fin janvier, le gouvernement territorial venait de signer une entente de principe avec le gouvernement fédéral. Cet accord a soulevé la grogne des communautés autochtones qui ont manifesté devant l’Assemblée législative à Yellowknife, avançant que par la dévolution, le gouvernement ténois brise un traité établi avec les gouvernements des Premières Nations.
« Le problème, c’est qu’ils ne nous impliquent pas dans le processus des négociations, déplorait le chef de la Première Nation K’atl’odeeche de Hay River, Roy Fabian. Nous ne sommes pas contre la dévolution. Ce que nous disons, c’est que nous devons être à la table des négociations, nous devons protéger nos droits constitutionnels, et on ne nous donne pas la capacité de le faire. C’est à ça que nous nous opposons. »

Février

Au début février, au fédéral, le député de Western Arctic, Dennis Bevington, a franchi un autre pas dans l’adoption de son projet de loi pour augmenter la limite d’emprunt du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Le projet permet ainsi au territoire d’emprunter jusqu’à 70 % des revenus annuels du gouvernement. Le projet a eu l’appui des partis de l’opposition, mais était massivement rejeté par les conservateurs.

Mars

En mars, le gouvernement fédéral a assuré de l’investissement dans des projets d’infrastructures des Territoires du Nord-Ouest, pour un financement total de 40,1 millions de dollars d’ici la fin de 2014. Les gouvernements ont décidé de mettre l’accent sur le projet de remplacement de la caserne de pompiers de Hay River, ainsi que sur l’amélioration des installations d’eau potable ou de gestion des déchets dans les collectivités de Norman Wells, Deline, Fort Good Hope, Tuktoyaktuk, Fort Liard, Nahanni Butte et Paulatuk.

Toujours au fédéral, le mois de mars a aussi été marqué par le refus massif par les partis d’opposition du budget déposé par les conservateurs, signe que les élections étaient désormais lancées.

Avril

La députée de Range Lake, Sandy Lee, a affirmé qu’elle ne solliciterait pas un autre mandat lors des élections territoriales en octobre et le francophone Daryl Dolynny a décidé d’en profiter et ainsi, d’être le troisième francophone des Territoires du Nord-Ouest à tenter de se tailler une place à l’Assemblée législative. Par ailleurs, le siège de Range Lake laissé vacant par Sandy Lee le restera jusqu’aux élections territoriales, tout comme son poste de ministre de la Santé et des Services sociaux.

Partout au pays, la campagne électorale bat son plein, notamment aux Territoires du Nord-Ouest. Justement, Sandy Lee annonce qu’elle se lancera dans la course dans Western Arctic, portant les couleurs conservatrices. Le député sortant, Dennis Bevington, fait signe lui aussi qu’il sera de nouveau de la joute pour les néo-démocrates, tout comme le candidat libéral Joe Handley. Déjà à la fin avril, les électeurs peuvent voter par anticipation. Les autres attendront la journée des élections, le 2 mai.

Mai

Impossible de passer à côté des élections fédérales du 2 mai. S’il n’y a pas eu vraiment de surprise dans Western Arctic avec la réélection du député néo-démocrate Dennis Bevington, le choc se fait plutôt dans le pays entier. Les conservateurs, dirigés par Stephen Harper, ont enfin obtenu la majorité qu’ils attendaient depuis longtemps, allant chercher 167 sièges sur les 308 de la Chambre des communes. Plus surprenant encore, ils l’ont fait sans le Québec, n’y remportant que cinq sièges. Le Québec a assisté aussi à une déconfiture complète du Bloc Québécois qui n’a remporté que quatre sièges à Ottawa. Une chute surprenante aussi s’est observée du côté du Parti libéral, qui a perdu son statut de parti d’opposition, ne faisant élire que 34 députés. Le Parti libéral et le Bloc Québécois n’ont même pas réussi à faire élire leurs deux chefs, qui eux, ont démissionné le lendemain. L’euphorie, ce sont les néo-démocrates qui l’ont vécue. Une véritable vague orange déferle sur le Québec, comptant 58 députés à Ottawa et devenant ainsi pour la première fois de leur histoire le parti de l’opposition.
« Ce sera un honneur et un privilège de vous représenter à la Chambre des communes, a déclaré Dennis Bevington, mais ce sera un dur labeur. Chapeau bas au Parti conservateur qui a obtenu la majorité aujourd’hui. Je veux toutefois les prévenir : nous allons traquer chacun de vos pas, pour nous assurer que ce qu’il se passe à la Chambre des communes va profiter à l’ensemble des Canadiens en tout temps. »
Il faut aussi noter que ce fut un grand jour pour le Parti vert qui a réussi à faire élire sa chef, Élizabeth May, au Parlement, même si elle n’a pas pu participer au débat des chefs.

Juin

En juin, c’est la rencontre entre les sept premiers ministres de l’Ouest canadien qui a retenu l’attention sur la scène politique aux Territoires du Nord-Ouest. Le premier ministre ténois en poste, Floyd Roland, a exprimé clairement d’entrée de jeu l’importance des liens économiques entre les États-Unis et le Canada, surtout par les partenariats de l’Ouest avec le pays voisin du Sud. Pour sa part, le premier ministre manitobain, Greg Selinger, a renforcé la position de Floyd Roland en ajoutant l’influence qu’ont les provinces et territoires de l’Ouest au sein du Canada, entre autres par l’énergie pétrolière exportée aux États-Unis.

Juillet

De la visite royale attendait les Territoires du Nord-Ouest alors que le prince William et son épouse, Kate Middleton, étaient de passage pour découvrir le territoire. De l’avis du prince, les Territoires du Nord-Ouest représentent exactement ce qu’est le Canada, soit des paysages vastes et des gens robustes et amicaux.

Le député de Western Arctic, Dennis Bevington, a demandé au gouvernement fédéral de faire des nominations au sein de plusieurs conseils et commissions créées en vertu des lois et des ententes territoriales. Deux rapports avaient indiqué la lenteur des processus de nomination et que c’est en partie dû à cela que ces institutions ne peuvent fonctionner à plein régime.

Août

Vers la mi-août, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest adoptait une loi importante, qui est maintenant en vigueur, afin d’interdire l’utilisation du téléphone cellulaire au volant. Il y a toutefois quelques exemptions dans cette loi pour les gens qui travaillent dans les services d’urgence ou dans l’industrie de la construction routière. De plus, l’utilisation du téléphone portable est autorisée seulement avec l’aide d’un dispositif mains libres. La loi est en vigueur depuis le 1er janvier 2012.

Partout au pays, une nouvelle est venue toucher le cœur des Canadiens lorsque les médias ont annoncé la mort du chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton. Seulement quelques mois après avoir remporté une victoire historique pour son parti, le chef est mort du cancer qui le rongeait depuis des années. Des cérémonies nationales ont été célébrées, ordonnées par le premier ministre Stephen Harper.

À peine quelques jours plus tard, Stephen Harper, amorce sa visite annuelle aux Territoires du Nord-Ouest. À sa sixième visite depuis qu’il a été élu, le premier ministre s’est surtout intéressé aux soins de santé dans les trois territoires. Ainsi, il a annoncé que l’initiative de subvention de 30 millions de dollars annuellement, débutée en 2005, serait prolongée de deux ans, donc jusqu’en 2014.
« Nous croyons à l’amélioration des soins de santé, a déclaré le premier ministre du Canada, nous croyons au futur du Nord, alors nous améliorerons les services de soins de santé pour les résidents septentrionaux. »

Septembre

En septembre, la politique a vibré aux élections territoriales. Le premier ministre de la seizième Assemblée législative, Floyd Roland, avait annoncé qu’il ne se présenterait pas de nouveau. Les débats entre les divers candidats dans chacune des circonscriptions ont beaucoup touché l’économie, la culture et la santé. Tout de même, pour les francophones, il faut noter la candidature de Daryl Dolynny, dans Range Lake et Robert Bouchard, dans Hay River Nord.

Octobre

Vient ensuite le 3 octobre, soirée électorale aux Territoires du Nord-Ouest. À l’image de la campagne, très peu de surprises surgissent. La seule surprise notable fut la défaite de Michael McLeod dans Deh Cho, aux mains de Michael Nadli, par plus de 160 voix. Les deux candidats francophones, Daryl Dolynny et Robert Bouchard ont tous deux été élus dans leur circonscription respective. Tous les candidats sortants, mis à part Robert C. McLeod, ont tous été réélus. Ce qu’on retiendra de l’élection territoriale de 2011 aura été le faible taux de participation. Si le taux de 48 % au territoire est relativement bas, c’est dans la région de la capitale ténoise que l’impact se fait réellement ressentir alors que seulement 34 % des électeurs sont allés voter.

Lors de la première session de l’Assemblée législative, le député de Nunakput, Jackie Jacobson est devenu le président alors que l’ensemble des députés ont élu Bob McLeod comme successeur au premier ministre Floyd Roland. Le nouveau premier ministre a déclaré vouloir établir de fortes relations avec les gouvernements autochtones.
« La première chose que je dois faire, c’est de leur parler, a-t-il affirmé. Et voir si on peut atteindre un consensus avec eux pour aller de l’avant. C’est la première étape et on va la franchir en premier. »


Novembre

Un dossier ayant suscité une grande polémique durant le mois de novembre était le projet de loi du Parti conservateur visant à d’abolir et même détruire le registre des armes à feu, établi en 1995 à la suite de la tuerie à l’école Polytechnique de Montréal. Aux Territoires du Nord-Ouest, le député néo-démocrate Dennis Bevington était d’accord pour l’abolition du registre, mais s’opposait fortement à la destruction des documents existants. Le seul compromis possible semble porter sur la question de la destruction des documents. La suggestion proposée serait de laisser les provinces libres de rapatrier les documents et qu’elles en soient responsables.

Au niveau du territoire, deux semaines après avoir été élu premier ministre, Bob McLeod a choisi qui ferait partie de son Cabinet. Ainsi, Jackson Lafferty a été nommé ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, ainsi que ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux. Michael Miltenberger a été nommé ministre des Finances et trésorier financier à nouveau, ainsi que ministre de l’Environnement et des Ressources naturelles. Robert C. McLeod a été nommé ministre des Affaires municipales et communautaires, ainsi que ministre de la Jeunesse et ministre responsable de la Société d’habitation et des sans-abris. David Ramsay a été nommé ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement, ainsi que ministre des Transports. Glen Abernethy a été nommé ministre de la Justice, ainsi que ministre des Ressources humaines. Tom Beaulieu a été nommé ministre de la Santé et des Services sociaux. Et Bob McLeod agira comme ministre des Affaires autochtones, ainsi que ministre des Affaires intergouvernementales.

Décembre

Sur la scène nationale, le Bloc Québécois a élu son nouveau chef pour remplacer Gilles Duceppe, Daniel Paillé. Le parti politique a affirmé que le nouveau chef, qui n’a pas été élu à la Chambre des communes, ne briguera pas de siège aux quatre députés en poste.

Enfin, le gouverneur général du Canada, David Johnston, était de passage aux Territoires du Nord-Ouest en décembre. Il a discuté francophonie, d’abord avec la Fédération franco-ténoise, et avec les élèves de cinquième et sixième année de l’école Allain St-Cyr. Il a aussi rencontré l’Assemblée législative, en plus de décerner un prix à un géologue ténois, David Livingston, pour l’excellence de ses recherches. À Hay River, il a rencontré les peuples autochtones dénés, participant à des activités traditionnelles.