Pêche et océans : Poissons déformés: Aucun lien avec les sables bitumineux

20 juin 2012
0 Commentaire(s)

D’étranges poissons ont été retrouvés dans le lac Athabasca, mais les experts n’accusent pas nécessairement l’exploitation pétrolière.

Des membres de la communauté autochtone de Fort Chipewyan ont recueilli des poissons d’apparence anormale, au nord-est de l’Alberta, il y a quelques semaines. Pollution? Exploitation des sables bitumineux? Bactéries? La cause de ces anomalies n’a pas encore été déterminée. Toutefois, il se pourrait que cela soit un simple cas fortuit.
« Cette situation peut survenir dans toutes les populations de poissons. Cela peut arriver au sein de bancs situés dans des zones non développées », explique Dave Ealey, d’Environnement Alberta.
Selon le spécialiste, un faible niveau d’oxygène dû à une trop forte présence de débris dans l’eau peut causer des déformations sur les poissons. Ces manques d’oxygène surviennent surtout l’hiver, lorsque les cours d’eau sont gelés ou dans les étendues d’eau turbides.

Les pêcheurs autochtones qui ont pêché ces espèces difformes sont plutôt inquiets de la situation. Ils se disent offusqués de la façon dont le gouvernement gère le territoire et l’environnement. Ils sont d’avis que ces déformations sont causées par l’exploitation de sables bitumineux dans la région.
« Nous ne savons pas s’il y a quelque chose de particulier au sujet de l’endroit où ces poissons déformés ont été trouvés. Je pense qu’il sera difficile de distinguer si cela est causé par des contaminants ou non », affirme M. Ealey.

Le brochet et le rémora repêchés, qui étaient atteints de lésions à la tête et à l’abdomen, ont été envoyés dans un laboratoire de Calgary. Depuis 2010, plusieurs spécimens de poissons présentant diverses anomalies et tumeurs ont été envoyés par la collectivité de Fort Chipewyan à l’Université de l’Alberta. Cependant, pour Dave Ealey, il n’y a pas de quoi s’alarmer :
« Ce que nous aurons à déterminer, c’est à quelle fréquence surviennent ces difformités. Il y a des centaines de milliers de poissons dans le nord de l’Alberta ».

Le gouvernement fédéral a d’ailleurs annoncé qu’il souhaitait augmenter de 50 % la supervision des cours d’eau, d’ici trois ans, aux Territoires du Nord-Ouest et en Saskatchewan. Par le fait même, on tenterait d’identifier les produits chimiques et les gaz qui n’étaient pas répertoriés dans l’ancienne législation.