Plus grand que les T.N.-O.

06 septembre 2002
0 Commentaire(s)
Une autre étude portant sur la santé a été commandée par le ministre de la Santé. Cette fois-ci, on tentera de comprendre la situation qui prévaut à l’hôpital régional Stanton.

On se demande dans quel univers parallèle gravitent ceux qui ont décidé de lancer cette nouvelle étude.

Il y a moins de deux mois, lors de la signature de la convention collective liant le gouvernement à ses employés, la représentante des employés de la santé prévenait le gouvernement : les salaires offerts ne sont pas assez concurrentiels pour contrer la pénurie de personnel.

Dans les semaines qui ont suivi, alors que je voyageais dans l’est du pays, il n’y avait pas une semaine qui passait sans que les médias n’annoncent la fermeture de certains services hospitaliers dans des régions comme la Mauricie ou l’Outaouais (au Québec). Ces annonces reflètent bien la situation générale de ce secteur d’emploi : il y a pénurie de personnel de la santé partout en Amérique du Nord. C’est donc dire que la situation déborde de beaucoup le simple cas de l’hôpital Stanton.

Voici une suggestion que je fais au ministre de la santé. Plutôt que de dépenser 100 000 $ pour cette étude, ajoutez donc quelques dizaines de milliers de dollars au salaire de base de vos prochaines offres d’emploi. Il y a fort à parier que cela attirera plus de candidatures et le ministre aura enfin la réponse à toutes ses questions tout en ayant réglé une partie du problême.

Si le gouvernement n'a pas les moyens d'ajuster les salaires à la hausse, la réponse au problême ne repose plus entre ses mains du gouvernement territorial. Une simple surenchère ne vient pas régler le problème de pénurie au niveau du continent.