2017 : Personalité 2017

21 décembre 2017
Marie Coderre, directrice du NACC, est la personnalité 2017 pour son travail de promotion inclusive des arts et de la culture aux TNO. (Crédit photo : Pat Kane)

Marie Coderre, directrice du NACC, est la personnalité 2017 pour son travail de promotion inclusive des arts et de la culture aux TNO. (Crédit photo : Pat Kane)

Dans le cadre de ses fonctions au Northern Arts & Cultural Centre (NACC), Marie Coderre s’assure de proposer au public ténois des artistes locaux, nationaux et internationaux.

Pour elle, le NACC est beaucoup plus qu’un théâtre situé à Yellowknife : « C’est important d’avoir une vie culturelle bien remplie, on veut briser l’isolement en allant dans les communautés ». Il s’agit de faire connaître des artistes, mais aussi de montrer les possibilités aux jeunes, de les inspirer en les mettant en contact avec des gens qui vivent de leur art. C’est d’ailleurs par des partenaires locaux qu’elle réussit à mettre en place ces tournées aux quatre coins des TNO : « Quand [l’équipe du NACC] ne peut pas y aller, et que l’on ne peut pas amener un staff dans la communauté, [le partenaire] va s’occuper du groupe ».


À son arrivée en poste, elle modifie l’approche de l’organisme sous plusieurs angles : « On a tout changé les communications, le style de programmation. On a revisité un petit peu le concept du Festival Spoken Words ». Elle souligne également qu’elle représente davantage la culture autochtone dans sa programmation. Cela dit, elle spécifie que l’on ne peut pas comparer l’avant et l’après puisque le budget a beaucoup changé et l’ère des réseaux sociaux a pris son essor. Il s’agissait pour elle de bâtir sur le lègue de son prédécesseur, Ben Nind.


Marie Coderre arrive pour la première fois aux TNO à l’âge de 21 ans et s’installe pour quelques mois à Fort Smith en ne sachant pratiquement pas parler en anglais. A priori, c’est son intérêt envers les communautés autochtones qui l’amène au-dessus du 60e parallèle. Dans les années suivantes, elle fait des aller-retour entre le Québec et les TNO pour terminer ses études en gestion et en histoire de l’art. C’est lorsqu’elle s’installe à Inuvik, en 2007, qu’elle est engagée par l’Association des francophones du Delta du Mackenzie. C’est avec cet organisme que son apprentissage sur le terrain commence : « C’est vraiment là que j’ai commencé à produire des shows, monter des expositions artistiques […] C’est là que j’ai beaucoup appris sur la gouvernance d’un organisme à but non lucratif, sur les sources de financement ». C’est lorsqu’elle vivait à Inuvik qu’elle a assisté à son premier spectacle du NACC : un duo de clarinettistes. C’est à ce moment qu’elle y fait la rencontre du directeur de l’époque.


Une étape est franchie alors qu’elle devient la directrice de l’Association franco-culturelle de Yellowknife en 2010. Le mandat est semblable, mais tout est plus gros : autant les responsabilités que le budget. C’était un moment charnière : « Ça a vraiment explosé pour moi. J’ai beaucoup appris sur la comptabilité et sur comment gérer un organisme », se souvient-elle. Elle prend conscience de la pression alors qu’elle est seule pour la recherche de financement de l’Association. Son rendement est décisif pour les activités qui toucheront les francophones de Yellowknife. Durant ces années, elle fait plusieurs partenariats, entre autres, avec le NACC. Elle se démarque alors en tant qu’organisatrice d’événements et son intérêt pour les arts ne passe pas inaperçu. Encore aujourd’hui, un de ses buts est de faire connaître les différents peuples qui se côtoient par les arts de la scène : « C’est pour attirer tous les groupes d’une communauté, offrir une option de plus pour la communauté ».


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages