Musique : Percussions vocales pour français oral

06 novembre 2014
0 Commentaire(s)

Sylvain-Henri Simard crée des chansons originales pour les écoles
 

Les voies qui mènent au perfectionnement de la langue française sont multiples... et imprévisibles. Parlez-en aux élèves de Whitehorse qui, en octobre dernier, ont participé aux ateliers de percussions vocales de Sylvain-Henri Simard.
Connu pour sa série de CD et ses spectacles Monde à part, Sylvain-Henri Simard — alias SHS —, considère qu'il s'agit d'une « nouvelle avenue parfaite pour les jeunes apprenants ». Il avait déjà un peu utilisé la formule au Nunavut et a récidivé récemment au Yukon avec des élèves de huit écoles, de la 2e à la 7e année, dont le français est la langue première ou seconde.
Pour l'occasion, Sylvain-Henri Simard propose aux élèves de transformer des mots en onomatopées en leur soustrayant leurs voyelles. Par exemple, biscotte devient « bsct », « kiwi » se transforme en « kw ». L'utilisation des mots peut-être multipliée à l'infini et le procédé s'enrichit par l'utilisation de différents effets sonores électroniques. L'image des mots utilisés est montrée sur un écran. SHS met également à profit sa formation de batteur en attribuant une onomatopée à chaque partie de celle-ci.
Selon l'agente des Partenariats culturels des programmes en français du ministère de l'Éducation du Yukon, Danielle Bonneau, les ateliers de SHS sont un outil valable et attractif pour l'apprentissage du français. « Les élèves avaient les yeux ronds, rappelle-t-elle. Ils apprennent de nouveaux mots. Sylvain-Henri Simard est un musicien et un enseignant. Il sait s'adapter et trouver le bon rythme pour communiquer avec eux. Il les a aussi fait chanter ses chansons Huskie et Ours polaire. Il leur a parlé de sa vie dans le Nord. Il est fier d'être francophone et a montré qu'on peut avoir du plaisir en français. »
SHS affirme que les éloges ont été unanimes et qu'on lui a déjà demandé de retourner au Yukon, pour visiter, cette fois, les écoles secondaires. Des écoles albertaines seraient également intéressées.

Chansons identitaires
Outre les percussions vocales, Sylvain-Henri Simard visite également les écoles pour créer des chansons représentatives de celles-ci ou pour donner des spectacles de ses compositions.
Le Franco-Albertain a créé jusqu'à maintenant une trentaine de chansons pour autant d'écoles, du Nouveau-Brunswick à la Colombie-Britannique. Pour Allain St-Cyr, par exemple, il a créé la chanson Renard du Grand Nord. Sa plus récente création est pour une école de Red Deer, en Alberta, inaugurée fin octobre. « Les autorités de l'école fournissent un élément d'identification, explique SHS, souvent un animal, et je compose une chanson à partir de là, qui met en valeur les qualités de cet élément et permet aux élèves de se les approprier. La chanson est souvent complétée par une chorégraphie. »
Dans ses spectacles de Monde à part, SHS chante en s'accompagnant à la guitare, joue parfois de la batterie. Avec projection de photographies, il parle de cet espace géophysique unique qu'est le Nord, avec sa faune et ses aurores, de son expérience d'enseignant à Iqaluit, de bien d'autres choses encore.

Prochainement...
À temps partiel, Sylvain-Henri Simard travaille à la création de l'ambitieux troisième tome de Monde à part. « Il s'agit, explique-t-il, d'un conte d'anticipation scientifique profondément lié au Nord et portant sur des enjeux comme les changements climatiques, la raréfaction de l'énergie fossile, l'intelligence artificielle qui prend un espace accru. La voix sera accompagnée par une imagerie sonore, c'est-à-dire des sons traités à l'ordinateur qui créeront une ambiance. Il y a des personnages définis, un scénario bien avancé. Ça devrait être terminé à la fin de 2015. »