Fête de la St-Jean-Baptise : Paul Cargnello pour célébrer la St-Jean-Batiste

27 juin 2013
0 Commentaire(s)
Paul Cargnello et The Frontline ont performé au Wildcat café lors de la soirée de la St-Jean Batiste. (Photo : Noémie Bérubé)

Paul Cargnello et The Frontline ont performé au Wildcat café lors de la soirée de la St-Jean Batiste. (Photo : Noémie Bérubé)

Paul Cargnello et The Frontline furent de passage le 22 juin en soirée au café Wildcat pour animer la soirée de festivités de la St-Jean-Baptise.

 

Il s’agissait d’une première en sol ténois pour l’auteur-compositeur-interprète québécois, Paul Cargnello.

À la suite d’un appel reçu d’une personne de Hay River, où il a presté lors du festival Hay Days et animé des ateliers, il a pris l’initiative de commencer des recherches qui lui ont permis de performer à Yellowknife. Ainsi, il a pu conclure une performance lors l’ouverture du café Wildcat, le samedi 22 juin. Le vice-président de l’Association franco-culturelle de Hay River, Philippe Beaupré, a dit qu’« il est important de garder une forte culture francophone à Hay River », ajoutant que tous ont aimé la présence de Paul Cargnello et The Frontline.

Il ne fut accompagné que par deux musiciens pendant son séjour aux Territoires du Nord-Ouest. Habituellement, lors de ses différentes tournées il parcourt le pays avec « un orchestre complet ».

Les Yellowknifiens ont eu droit à « un mélange de rock-reggae-blues avec un discours franglais et révolutionnaire ». L’artiste anglophone a laissé savoir que dans sa musique, il y a un côté politique. « J’aimerais ça que lorsque les gens écoutent ma musique que ça les fasse bouger, mais aussi penser. »
Samedi soir, il a présenté essentiellement un mélange de succès ainsi que des nouveautés de récents enregistrements. « On a vraiment donné notre mieux. »

Paul Cargnello a révélé que ce ne fut pas un grand défi pour lui d’avoir à composer avec une audience francophone qui le connaît peu. « Je deal tout le temps avec ça », a-t-il laissé savoir, ajoutant qu’il lui arrive régulièrement de se produire dans des endroits où il n’a jamais joué et que cela « fait partie de la game ». Cependant, le chanteur a eu des succès qui l’ont fait connaître du grand public, car il possède neuf albums à son actif. Ces derniers composés dans les deux langues officielles.

En plus d’avoir la réputation de donner des représentations « cool », il a souligné qu’il a pu fraterniser avec les gens, ce qu’il a apprécié. Bien qu’il ait confirmé que le discours des gens qu’il croise au quotidien dans tous les endroits est différent et que les villes croient être toutes différentes, il a rétracté en expliquant que dans le fond, elles se ressemblent toutes. Cependant, il a remarqué l’ouverture d’esprit des gens de Yellowknife.

Il a commenté son court séjour : « C’était cool, c’était ma première dans le Nord » et a décrit son expérience comme étant bizarre : « Le truc qui m’a frappé le plus, c’est le soleil, nous n’avons pas été là assez longtemps pour nous y habituer. »

Avant de quitter, Paul Cargnello a signalé que son groupe et lui souhaitent revenir aux TNO. « Chaque fois que je rentre dans un nouveau territoire, j’aimerais développer une relation avec les gens. »