Éditorial : Parlons pot!

La légalisation du cannabis est un sujet d’actualité depuis quelques mois. Il faut cependant réaliser que cette idée est dans l’air depuis des décennies pour une infime minorité de Canadiens, mais ce n’est que très récemment que le dossier est devenu un objet de conversation généralisé dans la population et auprès de la gent politique.
Il y aura des avantages et des désavantages à la légalisation du cannabis.
Premier avantage, cela s’est fait ailleurs, notamment au Colorado et dans l’état de Washington. Quelques rencontres avec des responsables du fisc, du milieu judiciaire et du milieu de la santé de ces états devraient permettre au gouvernement d’avoir une meilleure maîtrise du dossier.
Un deuxième avantage, direct celui-là, sera de sortir les petits poteux du système judiciaire. Savez-vous qu‘il en coûte près de 120 000 $ par année pour garder un seul poteux en prison et je ne parle pas des prisonniers membres d’un gang de rue qui avait, entre autres en sa possession du cannabis. Personnellement, j’investirais cet argent dans des programmes qui bénéficieraient davantage à la société.
Troisième avantage : en canalisant les activités commerciales liées au cannabis vers un marché ouvert et public, ce commerce actuellement illégal générera des revenus supplémentaires pour les gouvernements. Pas autant qu’on le croyait, mais assez pour défrayer les campagnes de sensibilisation et d’appuyer des programmes luttant contre les abus.
Tout n’est pas rose dans le dossier.
Un premier désavantage : sans une bonne campagne de sensibilisation, il y aura des abus. Les quelques cas médicaux au Colorado à la suite de la légalisation du cannabis concernaient des touristes du pot qui avait abusé de la substance. On risque donc d’avoir de tels phénomènes en provenance des états américains limitrophes au Canada.
Autre désavantage, l’absence d’outil de contrôle de la conduite avec les facultés affaiblies. Qu’on légalise ou non le pot, il faudra développer de bons outils, car en ce moment bien des usagers du cannabis se promènent probablement en véhicule dans nos rues et sur nos routes.
Finalement, que ça se fasse ou non, une chose demeure certaine, ce n’est pas et ça ne sera jamais un dossier important, ni prioritaire bien que je crois que les bienfaits dépasseront les effets négatifs.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.