Immigration et recrutement : Paris-Yellowknife, espoirs et craintes

11 décembre 2014
0 Commentaire(s)
Présentation de Destination Canada à Bruxelles, en novembre dernier. (CDÉTNO)

Présentation de Destination Canada à Bruxelles, en novembre dernier. (CDÉTNO)

Avancement professionnel rapide, emplois variés et hiérarchie moins formelle?
 

Quels sont les espoirs, les perceptions et les craintes des Européens qui rêvent de venir travailler dans le Nord? Rencontrée par le Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) à Paris lors de Destination Canada, Déborah Kabi répond à ces questions.
La jeune femme, qui a vécu presque toute sa vie à Paris et dans sa périphérie, se cherche actuellement un emploi d'adjointe administrative. Elle projetait déjà d'immigrer au Canada lorsqu'elle a rencontré les représentants du CDÉTNO, mais les TNO n'étaient pas du tout dans ses cibles. « Leur présentation m'a interpellée, explique Déborah Kabi, et j'ai eu envie d'en savoir un peu plus. Je pense n'avoir aucune illusion d'Eldorado, mais en faisant des recherches sur l'endroit, j'ai eu l'impression que je pourrais peut-être m'y réaliser. »

Perception
L'agente en immigration, employabilité et recrutement du CDÉTNO, Audrey Marceau, énumère les éléments de séduction des TNO pour les Européens. « Ce sont, recense-t-elle, la qualité de vie et les grands espaces, l'avancement professionnel rapide, les emplois variés et une hiérarchie moins formelle. Certains ont une idée romantique du Canada, mais nous sommes là pour leur parler de la réalité, les préparer au Nord. »
Les attentes de Déborah recoupent en partie ces éléments. Elle est attirée par l'équilibre entre travail et vie privée, et par la nature. Mais elle ressent également « un besoin de dépasser [ses] limites et de sortir de [sa] zone de confort, et surtout, une envie de rencontrer et partager des cultures différentes ».
Et ses craintes? « C'est peut-être bête à dire, avoue Déborah Kabi, mais le froid est peut-être ce qui m'impressionne le plus, peut-être parce que c'est le premier commentaire que me font les gens lorsqu'ils apprennent mon choix de destination. » Elle a aussi un peu peur de l'isolement.

Bilan
Fin novembre, à Bruxelles et à Paris, le CDÉTNO participait pour une huitième année à la foire d'emplois Destination Canada. Pour une première fois, l'organisme a participé, à l'ambassade du Canada à Paris, à Expérience internationale Canada, qui s'adresse aux jeunes de 18 à 35 ans et regroupe des employeurs et des organismes de recrutement. En quatre jours, le CDÉTNO a rejoint au total 593 personnes qui sont dorénavant sur sa liste d'envoi par courriel. Il est revenu avec 59 curriculum vitæ pour les sept emplois affichés aux TNO.