Gestionnaires de l'éducation française : Parents francophones

19 mai 2000
0 Commentaire(s)
La Regroupement des parents francophones des T.N.-O. s'est donné trois véritables objectifs à atteindre dans les communautés de Hay River, Fort Smith et Yellowknife, lors de son assemblée générale qui a eu lieu le 13 mai dernier. La nouvelle organisation vise la gestion et l'enseignement du français à l'échelle territoriale.

À Hay River, la communauté s'est dotée d'un conseil scolaire. Le Regroupement a décidé de produire une lettre d'appui aux demandes du conseil ainsi qu'un feuillet d'information sur ses pouvoirs et ses responsabilités. Il est à noter que la création du conseil est permise une fois qu'un comité de parents est en existence depuis plus d'un an. Reste à savoir si la controverse surgira suite à l'établissement du conseil puisque des confrontations entre des parents francophones et des membres de l'autorité scolaire de district (DEA) ont eu lieu à maintes reprises après la création du programme de français langue première.

« Le DEA ne peut pas accorder de pouvoirs au comité de parents actuellement en place », a indiqué Daniel Lamoureux, le directeur général de la Fédération Franco-TéNOise. « Le DEA pourra, par contre, en déléguer au conseil scolaire. Celui-ci n'est que consultatif, mais peut devenir décisionnel dans la mesure où le DEA lui délègue des pouvoirs », a précisé ce dernier. Il espère que le conseil pourra ainsi avoir plus d'autorité pour maîtriser la gestion du programme de français au sein de la communauté. Deux soirées d'information devraient avoir lieu en septembre, l'une à Hay River, l'autre à Fort Smith, pour tenir les parents au courant des développements dans les dossiers d'éducation. À Hay River, le Regroupement et les parents discuteront de la nature et des avantages d'avoir un conseil scolaire, tandis qu'à Fort Smith, la création d'autres organisations sera à l'ordre du jour.

À Fort Smith, le Regroupement s'est donné comme objectif d'aider à mettre en ¦uvre le programme de francisation et d'en assurer la continuité. « La soirée d'information à Fort Smith aura pour but de créer un comité de parents », a souligné M. Lamoureux. « Elle aura également comme objectif de promouvoir l'inscription des jeunes au programme de francisation ». Le Regroupement encouragera l'inscription d'élèves à un programme de français langue première en septembre 2001.

À Yellowknife, le Regroupement soutiendra la création d'une commission scolaire francophone. « Le Regroupement a le mandat de signifier au ministre de l'Éducation l'intérêt d'obtenir une telle commission ». Le Regroupement se réunira de nouveau à Inuvik en octobre lors de l'assemblée générale annuelle de la FFT. « Nous avons l'intention de rencontrer les parents de la communauté au cours de cette période », a indiqué JoAnne St-Amour Connors, la nouvelle présidente du Regroupement. « Nous sommes sur la bonne voie pour venir en aide aux familles afin qu'elles puissent protéger la langue au sein de leurs foyers. Les parents ont un rôle primordial à jouer dans la promotion du français. Nous pouvons avoir un impact sur les familles en assumant la gestion de nos programmes académiques ».

Mme St-Amour Connors estime que le travail accompli à ce jour est en train d'établir des liens solides entre les diverses communautés des Territoires du Nord-Ouest. « Nous pourrons mieux partager et équilibrer nos ressources. Lorsque des écrivains, des artistes ou des animateurs visiteront les T.N.-O., nous serons en mesure de communiquer avec nos partenaires des autres communautés.

Des élections ont eu lieu lors de la réunion du Regroupement. Outre la nomination de Mme St-Amour Connors à la présidence de cet organisme, Christine Aubrey a été nommée vice-présidente et Nadia Laquerre secrétaire-trésorière.