Activités sédentaires : On tente d’éloigner les jeunes de leurs écrans

24 février 2011
0 Commentaire(s)

 OTTAWA – Que ce soit en regardant la télévision, en jouant à des jeux vidéo, en navigant sur le Web ou encore en explorant les diverses fonctions de leur téléphone cellulaire, les enfants et les jeunes canadiens passent quotidiennement plus de temps qu’ils ne le devraient devant un écran. Pour tenter de rétablir un meilleur équilibre entre les activités sédentaires et l’activité physique, la Société canadienne de physiologie de l’exercice (SCPE) introduit des conseils à l’intention des parents. 

C’est par l’entremise de ses Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire que la SCPE souhaite sensibiliser les parents à l’importance de l’activité physique. Le Canada devient ainsi le premier pays à disposer de telles directives, qui visent les enfants (5 à 11 ans) et les jeunes (12 à 17 ans). Soulignons par ailleurs que cette initiative fait suite à la publication, toujours par la SCPE, des Directives canadiennes en matière d’activité physique.

 Tout comme c’est le cas pour les directives s’adressant à l’ensemble de la population, celles qui ciblent plus particulièrement les Canadiens âgés entre 5 et 17 ans recommandent la pratique d’activité physique d’intensité modérée à élevée pendant 60 minutes sur une base quotidienne. De plus, les directives destinées aux jeunes suggèrent aux parents de limiter à deux heures par jour le temps que passent les jeunes devant un écran.

Il s’agit là d’une diminution considérable du temps passé devant un écran. Mais selon Mark Tremblay, directeur du groupe de recherche en vie active et obésité de l’institut de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, la réduction du temps consacré à des activités sédentaires mènerait à des améliorations sur les plans de la santé et du rendement scolaire, entre autres.

« Les enfants et les jeunes canadiens consacrent 62 % de leurs heures d’éveil à des activités sédentaires et en moyenne, les enfants d’âge scolaire passent six à huit heures par jour devant un écran », note le chercheur.

 Du côté de l’organisme ParticipACTION, qui se veut le porte-parole national en matière d’activité physique au Canada, on se dit d’avis que le temps est venu de rééquilibrer le temps passé devant un écran et celui consacré au jeu. Qualifiant les directives publiées par la SCPE de novatrices, ParticipACTION avance même que le Canada se retrouve dans une « crise d’inactivité ». Selon les statistiques fournies par l’organisme, seulement 7 % des jeunes (9 % des garçons et 4 % des filles) au pays s’adonnent aux 60 minutes d’activité physique quotidiennes recommandées.

La SCPE met ses directives, qui comportent une série de conseils, à la disposition de la population sur son site Web à l’adresse www.csep.ca/directives.

 « Ces directives peuvent être vues comme une recette que les familles peuvent suivre afin d’offrir aux enfants et aux jeunes les meilleures chances de tirer des avantages sur le plan social et de la santé. Nous savons que les familles peuvent faire preuve de créativité et trouver le temps nécessaire pour faire une priorité de cette approche », estime  la présidente de la SCPE, Audrey Hicks.