Geneviève RB et Alain Barbeau : On est les deux

Il est bien dommage que le premier contact avec le duo Geneviève RB et Alain Barbeau débute avec un tel ramassis de clichés.

Le titre du disque On est les deux et sa pièce homonyme, livrée sous forme d’une ballade au piano, ne représentent pas la démarche menée ici. La thématique du duo fut passée sous tous les angles dans le contexte de la chanson francophone, alors il faut l’approcher d’une manière différente qu’en évoquant le son de deux voix qui s’harmonisent.


En fait, une fois cet élément passé, cet album de onze chansons dévoile un sympathique duo qui opère pleinement dans le folk pop avec aisance et naturel. Dans ses bons coups, il est aussi bien de tourner la page quand on a affaire à des titres à la musicalité bien rodée, comme Entre les murs du temps avec ses harmonies vocales et son hameçon mélodique bien senti.


Parfois, on note l’absence d’une ligne directrice et un certain éparpillement qui enlève à la portée des musiques. Cela n’empêche pas les explorations musicales et poétiques, comme en témoigne l’intention néo-trad de Locomotive, même si la déjantée C’est pas la peine fini plutôt par épuiser que de surprendre.


Les quelque 35 minutes passées en compagnie de Geneviève RB et Alain Barbeau finissent par amener de l’avant une question essentielle ; où le duo, tente-t-il d’amener ses chansons ? On a souvent l’impression qu’il manque un élément afin d’équilibrer l’approche du groupe.


Pourtant, celui-ci bénéficie de la présence de Jeannot Bournival (Fred Pellerin) à la réalisation tout comme de leurs passages respectifs à l’École Nationale de la Chanson de Granby, qui se fait sentir dans le travail écrit et mélodique. On s’attend donc à un peu plus de précision et de concision, plutôt que des longueurs qui habitent certaines chansons.
Au bout de l’écoute, les promesses de la rencontre des univers folk d’Alain et chanson française de Geneviève n’arrivent pas à se réconcilier.

Pourtant, ces deux genres musicaux sont complémentaires et le duo démontre à maintes reprises qu’il arrive à se distinguer au-delà de la mêlée. Il manque toutefois un peu de naturel et d’authenticité pour maintenir le cap au long d’un album complet.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.