Poëme de René Fumoleau : OH et AH

09 janvier 1998
0 Commentaire(s)
À Noël, j'ai visité plusieurs familles,
j'ai ri avec mes amis, goûté des mets délicieux,
et partagé la joie de la communauté.
Un vieux célibataire apprécie ces douceurs.

Demandez aux enfants : "C'est quoi Noël?"
et beaucoup répondront : "Des jouets!"
Je n'ai ni enfants ni petits enfants
pour qui je pourrais acheter des jouets,
mais les jouets modernes m'intriguent
par leur complexité, leurs formes chimériques,
leurs couleurs exotiques, et leurs prix gonflés.
Je suis né bien avant l'invention du plastique.

Deux jours après Noël, jouets et emballages
décoraient encore bien des planchers.

Un voilier géant "Pirates Aventureux"
gisait par babord, échoué derrière un divan.
Les pirates, échoués sur des coussins,
regardaient à la télé un dessin animé sur les éléphants.

Une auto à pédale à 119,99 $, pure race "Indy",
avec "passage turbo et cliquetis réalistes"
avait capoté, et attendait une dépanneuse.
Le conducteur gisait tout près,
indemne, mais profondément endormi.

Une moto tout terrain, une vraie Kawasaki à 89,99 $,
et un camion "Cyclone" à 99,99 $,
même avec un "contrôle radio infaillible",
avaient apparamment achevé leurs courtes vies.

Une moto Harley Davidson à 24,99 $
avait écrasé sur un mur un"Casseur Rebelle Géant" à 79,99 $.

Une poupée Barbie, "toute parée pour éblouir"
gisait sous une "Batmobile" électronique.

Un seul jouet me rappellait mon enfance,
une locomotive avec son fourgon et trois wagons.

Des enfants regardaient la télé, d'autres tournaient en rond,
leurs visages aussi ternes que les gros nuages gris.
Espérons que le Noël prochain sera plus passionnant!

Près de chez moi, je me suis arrêté chez Rosa et Isidore.
Pendant une heure, on s'est régalé de thé, de gâteaux,
d'histoires et de taquineries.
De temps en temps, je regardais Kael, Jerry et Elora
qui jouaient ensemble sur le plancher.
Sans cesse, leurs jeunes et fraîches imaginations
inventaient des jeux nouveaux et des règles nouvelles.
Ils riaient et poussaient des Oh et des Ah
selon leurs réussites ou leurs déceptions,
tous les trois enthousiasmés par les blocs de bois
que leurs parents avaient sciés et peints pour eux.