Santé : Notre voix, notre sondage, notre futur

13 septembre 2002
0 Commentaire(s)
L’Organisation nationale de la santé autochtone lance, cet automne, un vaste sondage national sur la santé des Autochtones et des Inuits.

Les Premières Nations et les Inuits n’attendent plus les résultats d’une autre étude gouvernementale et prennent en main leurs propres recherches. Près de 10 000 adultes, 8 000 adolescents et 9 000 enfants seront sondés au cours des prochains mois à travers le pays sur divers dossiers reliés à la santé. Le sondage régional longitudinal sur la santé des Premières Nations et des Inuits, Notre voix, notre sondage, notre futur, a lancé sa deuxième édition au mois d’août dernier avec, pour la première fois, l’inclusion des Autochtones vivant hors réserves.

Déjà, le sondage prévoit mettre l’accent sur certaines questions épineuses, tel le syndrome d’alcoolisme fœtal, les écoles résidentielles, le suicide et l’abus d’intoxicants. Le coordonnateur régional des Territoires du Nord-Ouest, Barrett Lenoir, explique que les données issues de cette étude permettront de faire un portrait détaillé de la santé des Autochtones. « Le sondage donnera de l’information clef aux Premières Nations et aux Inuits pour guider les communautés, favoriser la planification régionale et nationale et l’élaboration de politiques. » De son côté, le directeur exécutif de l’Organisation nationale de la santé autochtone (ONSA), Richard Jock, indique que les différents groupes autochtones pourront, en plus de les utiliser pour améliorer leurs programmes de santé, exercer une certaine pression politique avec ces données. « C’est notre but premier. »

Ce n’est pas la première fois que les peuples autochtones se font sonder sur le sujet. Statistiques Canada a déjà mis sur pied plusieurs initiatives. En 1991, le projet « Sondage sur les peuples autochtones » a recueilli diverses informations auprès de 200 000 Autochtones, dont certaines concernant la santé. En 1994 et 1996, l’agence gouvernementale a mené sur le terrain une vaste étude portant, entre autres, sur la santé des enfants autochtones vivant sur une réserve. Pour l’ONSA, ces initiatives ont raté leur cible. « Je crois que ces sondages n’ont pas porté fruit dans leur recherche de connaissances justes et crédibles », mentionne Barrett Lenoir, qui ajoute également que ce que fait Santé Canada n’est pas efficace. « L’agence a essayé de mener ses propres sondages dans les provinces du Sud. Nous sommes très résistants face à leur approche. » Richard Jock abonde dans le même sens. « Les sondages de Statistiques Canada sont conçus pour leurs propres fins, explique-t-il. Nous croyons que pour progresser, les Premières Nations et les Inuits doivent pouvoir concevoir leurs propres sondages et contrôler l’information. »

L’ONSA, qui a été mandaté par les groupes autochtones pour réaliser l’enquête, veut renforcer les capacités des Premières Nations et des Inuits grâce aux données qui leur appartiendront. Le sondage ratissera l’ensemble des domaines reliés à la santé, comme le langage et l’éducation, l’emploi, l’habitation, l’activité physique, l’invalidité, le tabac, l’alcool et les drogues.

Les résultats recueillis pourront être consulté par les gouvernements. « Nous espérons que ces données seront utilisées, en accord avec certaines conditions d’échange », spécifie le directeur exécutif. Selon une porte-parole, Santé Canada prévoit déjà utiliser les données de la recherche.

Chaque région du pays aura sa propre série de questions dans les formulaires. « Ce ne sera pas qu’une synthèse nationale, mais également régionale, spécifie le coordonnateur des T.N.-O. Les cinq régions des T.N.-O. auront chacune leurs propres statistiques. »

Le sondage sera distribué aux T.N.-O. en octobre prochain. Au total, 2000 personnes seront sondées à travers 14 communautés réparties sur le territoire. Les résultats de l’étude devraient être connus à la fin de l’automne. Un rapport national est attendu au début de la prochaine année.

Santé Canada et Statistiques Canada ont a versé respectivement trois millions et un million de dollars à l’ONSA pour la réalisation de l’enquête.

La précédente édition du sondage a été réalisée en 1997 mais n’avait pas inclus les Autochtones du Yukon et des T.N.-O. Le questionnaire avait porté principalement sur la santé des enfants, des aînés, sur les écoles résidentielles, le tabac et la santé dentaire.