Chronique TNO Santé : Notre plan d'évacuation, on l'a fait!

13 octobre 2011
0 Commentaire(s)
Le thème pour la semaine de la prévention des incendies en 2011, « Notre plan d’évacuation, on l’a fait! », vise à inciter le citoyen à préparer et tester son plan d’évacuation familial. Le plan d’évacuation de votre domicile est un dessin de chaque étage de votre résidence destiné à faciliter l’évacuation de votre domicile, augmentant ainsi vos chances de survie en cas d’incendie. Il doit être connu de tous et être testé au moins une fois par année. Votre plan peut même être accompagné de quelques consignes de sécurité.
Le plan d’évacuation
1.     Dessinez le plan d’évacuation de votre demeure en faisant participer tous les membres de votre famille, y compris les enfants. Sous forme de jeu, ils s’intéresseront sûrement à l’activité.
a)    Indiquez toutes les fenêtres et portes qui peuvent servir d’issues vers l’extérieur.
b)    Indiquez l’emplacement des avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone (CO) ainsi que des extincteurs portatifs. 
c)    Inscrivez tous les trajets possibles pour sortir, au moins deux par pièce, si possible.  Prévoyez une ou plusieurs sorties de rechange comme les fenêtres. Prévoyez aussi une échelle pliante pour chacune des pièces situées à l’étage. Pour les pièces du sous-sol, assurez-vous que des meubles ou des escabeaux peuvent être utilisés pour atteindre les fenêtres.
d)    Indiquez sur le plan le point de rassemblement, soit où vous rendre après avoir évacué la résidence. Choisissez un endroit devant la maison, accessible en toute saison, qui permettra aux pompiers de vous voir dès leur arrivée tout en ne nuisant pas à leur travail.
2.     Assurez-vous que tous les membres de votre famille connaissent bien le point de rassemblement.
3.     Planifiez l’évacuation des enfants.
a)    Les jeunes enfants dorment profondément au cours de la nuit. Les enfants de 12 ans et moins auront du mal à s’éveiller au son de l’avertisseur de fumée. De plus, ils auront peut-être tendance à figer sur place ou, pire, à se cacher. L’intervention des parents pour les réveiller et les guider vers la sortie est souvent nécessaire.
b)    Les enfants passent plus de temps en phase de sommeil profond que les adultes. Les adolescents se réveillent plus facilement à mesure qu’ils vieillissent. Ils auront un sommeil qui correspond à celui d’un adulte vers l’âge de 20 ans.
4.     Planifiez l’évacuation des personnes âgées ou handicapées. Évaluez l’aide dont elles ont besoin pour se réveiller, se déplacer, etc. Les personnes de 50 ans et plus passent très peu de temps dans le stade de sommeil profond.  Par contre, l’usage de médicaments et le retrait d’appareils auditifs peuvent nuire à leur réveil.
5.     Prévoyez comment joindre le 9-1-1 une fois à l’extérieur de la maison.
6.     Placez le plan d’évacuation à la vue de tous.
7.     Exercez-vous au moins une fois par année.
Saviez-vous que…
-       Huit Canadiens périssent chaque semaine dans un incendie et que 73 % de ces décès surviennent dans l’incendie d’un immeuble résidentiel.
-       C’est le plus souvent la fumée qui cause la mort? Les gens ne meurent généralement pas brûlés mais asphyxiés.
-       Les enfants et les adolescents dorment profondément et, bien souvent, ne se réveillent pas immédiatement au son de l’avertisseur de fumée.
 
Source
Prévention des incendies du Canada : http://www.fiprecan.ca/index_fr.php (en ligne), consulté le 11 octobre 2011.