Environnement : Non toxique et pas responsable

02 juin 2011
1 Commentaire(s)

La nature est la seule responsable du lessivage des bassins de résidus toxiques dû à une inondation jamais observée depuis 30 ans.

 

« La contamination du ruisseau Baker n’est pas d’origine anthropique! » Sortie de son contexte, la déclaration faite par le porte-parole du ministère des Travaux public du Canada au sujet de l’inondation survenue dans l’un des sites miniers les plus contaminés du pays (270 000 tonnes de trioxyde d’arsenic), la mine Giant de Yellowknife, pourrait surprendre. Mais c’est bien un cas fortuit qui serait à l’origine de l’inondation d’un des bassins de résidus historiques de l’ancienne mine d’or. L’incident qui s’est déroulé le 14 mai dernier est en effet considéré comme un acte naturel par les ministères des Travaux publics et des Affaires autochtones du Canada. En conférence de presse vendredi, les ministères responsables de l’assainissement du site contaminé se sont donc lavés de toute responsabilité quant au barrage de glace qui s’est formé sur le ruisseau Baker, entraînant le lessivage du bassin de décantation vers la baie de Yellowknife.

À force de tester la qualité de l’eau, les autorités ont pu toutefois affirmer que les eaux du ruisseau Baker n’étaient pas toxiques en raison de cet incident. C’est l’agence environnementale qui a mené les tests d’eau qui a assuré que la qualité du ruisseau n’est pas toxique pour les poissons et le zooplancton. Les tests de toxicité ont été effectués sur des truites arc-en-ciel et des crustacés (daphnies) et ont révélé que l’eau n’était pas toxique du fait qu’aucun des organismes n’était mort en évoluant dans le ruisseau.

Le ruisseau Baker a retrouvé son cours normal dès le 17 mai grâce aux efforts de détournement et de dynamitages du barrage de glace effectué par les équipes contractuelles. Les autorités ont rappelé que l’eau à l’embouchure du ruisseau dans la baie de Yellowknife était non buvable et que la décontamination du ruisseau sera comprise dans le plan d’assainissement de la mine qui devrait commencer d’ici un à deux ans, s’il est approuvé par l’Office d'examen des répercussions environnementales de la vallée du Mackenzie.


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 03 juin 2011, 10 h 16
Je ne comprends pas tout le commentaire. Où est l'histoire du début? Merci!