Ça commence à jouer dur ! : Négociation avec les enseignants

15 octobre 1999
0 Commentaire(s)
Alors que le ministre des Finances, Charles Dent, continue de déclarer que tout va pour le mieux dans le dossier des négociations pour le renouvellement de la convention collective des enseignants et enseignantes des T.N.-O., la présidente du syndicat, Pat Thomas fulmine face aux tactiques utilisés par le gouvernement.

Le 5 octobre dernier, le gouvernement a communiqué avec l’Association des enseignants et enseignantes des Territoires du Nord-Ouest (AEETNO) afin de l’informer qu’il désirait entamer des négociations pour s’entendre sur les services essentiels.

" La Loi sur la fonction publique stipule clairement qu’une entente sur les services essentiels doit être mise en place aux débuts des négociations. Ce processus aurait dû être entamé par le GTNO dans les 20 jours suivant notre avis de négociation, pas six mois plus tard " , a expliqué la présidente du syndicat Pat Thomas.

La présidente a souligné que lors des dernières négociations pour le renouvellement de la dernière convention collective, les parties s’étaient entendues afin que les enseignants ne soient pas inclus dans les services essentiels comme le veut la pratique établie au Canada. " Aucune autre juridiction canadienne n’a d’entente sur les services essentiels pour les enseignants. Pour que le GTNO délaisse cela ainsi que ses propres pratiques passées, c’est simplement une tactique déguisée pour retarder le processus de négociation " , a déclaré Pat Thomas.

Le syndicat entend se montrer intraitable face aux délais prévus à la Loi quant aux services essentiels. " Si une entente n’est pas conclue entre l’Association et le gouvernement, nous demanderons immédiatement l’intervention d’un arbitre. Nous demanderons aussi que la décision soit rendue dans les 14 jours tel que le stipule la Loi " , a affirmé Pat Thomas. Cette tactique du gouvernement est en complète contradiction avec les paroles rassurantes du ministre Dent qui affirme que les chances d’en arriver à une entente avec le syndicat sont excellentes. À la suite du vote de grève rendu public le 6 octobre dernier, le ministre Dent a indiqué qu’un tel vote n’avait rien d’inhabituel dans les circonstances. " Le gouvernement va faire son grand possible pour négocier une convention collective lorsque la médiation commencera le mois prochain de façon à éviter un débrayage et afin que les étudiants ne soient pas perturbés " , a déclaré Charles Dent.

Quatre-vingt-seize pour cent des enseignants et enseignantes ont voté en faveur de la grève. Le vote s’est tenu avec un taux de participation de 93%.

Le processus de médiation aura lieu du 3 au 5 novembre. La situation des négociations est suivie de près tant par le ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, Michael Miltenberger que par les présidents des commissions scolaires et des district scolaires des T.N.-O. Ils en ont discuté lors d’une réunion de deux jours qui a eu lieu à Rae Edzo les 6 et 7 octobre derniers.