Autonomie gouvernementale des Gwich’In et des Inuvialuits : Ne reste plus qu’à signer

26 juillet 2002
0 Commentaire(s)
L’entente de principe sur l’autonomie gouvernementale des Gwich’In et des Inuvialuits est négociée. Maintenant, il ne reste plus qu’à signer.

La signature de l’entente de principe sur l’autonomie gouvernementale des Gwich’In et des Inuvialuits devait être signée le 23 juin dernier. Des détails de dernière minute, soulevés par les chefs gwich’In, ont cependant provoqué le report de la cérémonie de signature.

Selon Daniel Charbonneau, négociateur en chef du gouvernement fédéral sur l’autonomie gouvernementale, l’entente « vise à reconnaître la restructuration des gouvernements dans le Beaufort-Delta et à déposer une série de pouvoirs décisionnels entre les mains des communautés afin d’en arriver à établir un niveau décisionnel plus proche des communautés ».

Les pouvoirs qui seront inclus dans l’entente concernent principalement certains secteurs de l’éducation, la santé, l’assistance sociale et la formation. « On reconnaîtra alors un gouvernement public régional pour les Inuvialuits et un autre pour les Gwich’In », de mentionner M. Charbonneau.

Huit communautés seront touchées par l’entente, dont deux à caractère mixte, soit Aklavik et Inuvik, qui comptent des populations composées des deux principaux groupes du Beaufort-Delta. « Ces communautés pourront gérer des programmes, offrir des services et développer leurs propres lois », d’expliquer M. Charbonneau.

Le dossier des Inuvialuits et des Gwich’In est sur la table de travail du gouvernement territorial depuis un bon moment déjà. Ces deux groupes ont réglé leurs revendications territoriales au cours des années 1980 et 1990. C’est lors de ces signatures que le gouvernement fédéral s’était engagé à négocier des ententes d’autonomie gouvernementale, dont le cadre de discussions a été établi en 1995-1996.

La prochaine étape sera la négociation de l’accord final. M. Charbonneau dit disposer d’une trentaine de mois pour mener ces discussions à terme. Parallèlement, les groupes concernés devront élaborer un plan de mise en œuvre de l’autonomie gouvernementale et une entente de transfert financier avec le gouvernement fédéral.