Vacances à Fort Smith : Nature et culture

02 juillet 2009
0 Commentaire(s)

Les jeunes âgés de cinq à 10 ans pourront pratiquer des activités plein air et des visites culturelles pendant près de deux mois.

Le camp d’été de l’Association des francophones de Fort Smith a démarré le 29 juin et se poursuivra jusqu’au 21 août. Monika Szpunar arrive tout droit de l’Ontario. Cette étudiante de 22 ans, en provenance de Waterloo, se réjouit de travailler dans un contexte francophone minoritaire au sein d’un environnement boréal, car elle trouve ici deux éléments qui comblent ses attentes.

« J’ai déjà travaillé auprès d’enfants dans des activités de garderie après l’école et, plus tard, je veux enseigner le français langue seconde, dit-elle. C’est la première fois que je viens dans le Nord et je trouve que tout est beau ici, j’aime beaucoup la nature. »

Jacques Fontaine, agent de développement de l’association, sera présent chaque jour pour aider l’animatrice. Il n’y a pas de limite au nombre de places, pour l’instant six enfants sont inscrits pour la première semaine.

Ensemble ils ont déjà prévu un rythme quotidien basé sur des activités intellectuelles le matin et des loisirs divers l’après-midi. « Les jeunes se concentrent mieux le matin, explique M. Fontaine. On commencera avec des petits exercices de vocabulaire de base et on connectera des activités en rapport avec ce vocabulaire, pour qu’ils le mettent en pratique. »

Outre les loisirs sportifs ou créatifs classiques, et des balades fréquentes le long de la rivière, les jeunes seront invités à visiter le Centre d’interprétation de Parcs Canada, peut-être même se rendre jusque dans le parc Wood Buffalo. Ils iront voir aussi le centre de traitement de l’eau de la ville, car « l’eau est un thème de plus en plus important », précise M. Fontaine.

Enfin, un grand projet artistique permettra d’éveiller les talents à l’art de la peinture, par la réalisation d’une murale qui sera ensuite donnée à l’organisme des Métis de Fort Smith.

Le premier grand événement sera la participation à la parade du 1er juillet. « On va se décorer, on va monter une bannière et on va faire sentir la présence de l’association dans le défilé », explique M. Fontaine. Sans oublier la mascotte de l’association : un pélican, emblème de la faune habitant la rivière Slave.