Chronique littéraire : Nanuktalva de Gilles Dubois

Roman 14-18 des éditions David, 2016, 208 p.

Roman 14-18 des éditions David, 2016, 208 p.

Celui qui marche comme un homme : L’ours.
C’est aussi le personnage central de cette histoire d’amitié entre un vieil homme et une jeune fille qui deviendra jeune femme.

 

Cette dernière se nomme Gaïa. Il la surnomme Tiriganiak, « renard blanc ». Il a toujours fait partie de sa vie, car le père de Gaïa a connu Nanuktalva dans le Grand Nord. Le colosse inuit l’a effectivement sauvé d’une mort certaine aux mains d’un ours. Depuis ce temps, leur amitié a débouché sur une longue relation qui a amené l’Inuit à accompagner la famille jusqu’à Timmins, en Ontario.


Au début de l’histoire, nous apprenons à apprécier cette amitié en découvrant diverses facettes de chaque personnalité. Gaïa, à l’intelligence vive et au grand sens de l’humour, possède aussi une curiosité hors du commun pour tout ce qui l’entoure.


Nanuktalva, jouant le rôle d’un grand-père et d’un sage, lui fait le récit de sa vie, lui raconte ses aventures du Grand Nord, sa jeunesse en tant qu’Inuit. Il lui traduit sa culture, ses traditions, ses valeurs tout en lui enseignant sa langue. Ceci d’ailleurs est une des sources de conflit entre lui et les parents de Gaïa, car même si Nanuktalva s’occupe de la petite fille après l’école et les fins de semaine et qu’ils se sentent pleinement en confiance de lui laisser la garde de l’enfant, les valeurs de liberté et de laisser vivre de l’homme s’opposent directement à certaines valeurs plus conservatrices du couple.


La première partie de l’histoire nous présente Nanuktalva à 58 ans et Gaïa à 6 ans.
La deuxième partie nous projette en avant d’une dizaine d’années. Nanuktalva doit retourner à Inuvik pour s’occuper de ses vieux parents, alors qu’une maladie terrible décime une grande partie des gens du village.
Ceci cause un terrible choc à Gaïa. Et une grande tristesse au vieil homme.


Après un certain temps, l’inquiétude gagne la famille; on s’inquiète pour la vie de Nanuktalva. Après avoir reçu une lettre chargée de soucis, il revient à Timmins. Et la vie reprend son cours.


Lors d’un voyage à Ottawa, un événement tragique survient, qui va changer la vie de Gaïa pour toujours, et à ce moment, tout bascule.


C’est à partir de la moitié du roman que l’histoire prend son envol. De l’action, il y en a à la tonne.
Les forces de ce roman jeunesse pour adolescents se situent dans l’amitié profonde entre Gaïa et Nanuktalva. Cette amitié les entraînera dans de nombreuses situations critiques, mais aussi dans des moments de tendresse et de générosité débordante.


Ce qui m’a un peu dérangé, c’est l’impression que la deuxième partie du roman me semble un peu échevelée comparée à la première, malgré l’immense intérêt que l’histoire a suscité en moi. Je voulais vraiment en connaître le dénouement.


Je vous le recommande pour les enseignements sur la culture et les valeurs inuites, ainsi que pour l’action débordante de la deuxième partie, malgré les défauts de cette dernière. Personnellement, j’ai préféré le style d’écriture de la première partie.


Tous les commentaires (3)

Écrit par Anonyme, 06 novembre 2016, 17 h 02
Il fallait que le style d'écriture soit différent dans la seconde partie pour bien marquer la coupure entre la douceur et la tendresse des personnages vivant dans une paix rassurante, et soudain, le combat pour la survie. Les personnages n'avaient plus le temps de finasser. Ils devaient se battre. J'ai donc mis une sourdine aux envolées littéraires. Je ne vois pas cela comme "des" défauts. Merci pour votre bel article, Gilles Dubois
Laissez nous vos commentaires
Écrit par Anonyme, 08 novembre 2016, 08 h 50
Merci pour vos commentaires! Cela me permet de mieux comprendre le style et votre intention dans la deuxième partie. Soyez certains que je lirai vos prochains romans avec enthousiasme. Marc Lacharité
Laissez nous vos commentaires
Écrit par Anonyme, 18 novembre 2016, 14 h 15
Monsieur Lacharité, vos commentaires amicaux me touchent beaucoup. Je vous en suis reconnaissant. Avant de lire les prochains romans, lisez les anciens. L'Homme aux yeux de loups, éditions David, est une belle histoire qui se passe dans le nord, ainsi que Akuna-Aki, meneur de chiens, éditions L'Interligne, qui se passe aussi dans les solitudes glacées du Nord. Une autre fois, merci monsieur Lacharité pour votre superbe article.
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.