Budget fédéral 2016 : Morneau annonce d’importants investissements pour les autochtones

 

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau s’était moralement engagé à améliorer le sort des communautés autochtones et le budget Morneau en est une démonstration éloquente.
Pas moins de 8,4 milliards $ sont réservés à différents programmes touchant ces communautés au cours des cinq prochaines années.
Dans son discours du budget, le ministre des Finances, Bill Morneau, a lui-même qualifié ces sommes d’« investissements sans précédent » destinés à « rebâtir la relation » avec ces communautés.
Et au cours d’une rencontre avec la presse, il a ajouté que ces fonds pour les communautés autochtones représentaient « une des choses dont je suis le plus fier » dans ce budget.
Environ la moitié de cette somme de 8,4 milliards $ sera consacrée à l’éducation, qu’il s’agisse d’embauche d’enseignants, de construction d’écoles ou de mesures pour favoriser la réussite scolaire au primaire et au secondaire.
Les autres investissements auront trait au logement — où les besoins restent criants — aux soins de santé et à l’eau potable.
Pour ce qui est du logement, une somme de 554,3 millions $ y est consacrée, sur deux ans uniquement, et à compter de 2016-2017. À l’heure actuelle, les logements sont souvent surpeuplés et leur qualité n’est pas toujours au rendez-vous.
En matière de soins de santé, les investissements annoncés serviront à construire des centres de soins infirmiers ou à les rénover, en plus de construire des résidences destinées à attirer des travailleurs du réseau de la santé et à les maintenir dans ces régions.
La « crise de l’eau potable » a encore une fois défrayé les manchettes, cette année, à cause des communautés qui, encore en 2016 dans un pays moderne, doivent faire bouillir leur eau pour pouvoir la consommer sans danger.
Parlant d’une « crise inadmissible », le ministre Morneau a annoncé qu’une somme de presque 2 milliards $ sur cinq ans sera réservée aux infrastructures d’approvisionnement en eau et en traitement des eaux usées.
Fait à noter, cette somme inclut la surveillance de la qualité de l’eau potable.
D’autres fonds seront investis dans des domaines comme la survie des langues et de la culture autochtones, l’alphabétisation, la garde des jeunes enfants, les infrastructures culturelles et récréatives, les refuges pour les femmes et les enfants autochtones victimes de violence, la gestion des déchets et la formation à l’emploi.
« Trop de générations de peuples autochtones ont souffert en raison de la négligence et des politiques ratées du gouvernement fédéral. Rien ne devrait empêcher un enfant autochtone d’avoir les mêmes espoirs et aspirations que tout autre enfant au Canada ou d’avoir l’occasion de les concrétiser », mentionne-t-on dans le budget Morneau.
De même, la fameuse enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées se voit octroyer une somme de 20 millions $ en 2016-2017 et une autre somme de 20 millions $ en 2017-2018.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.