Ethel Blondin-Andrew se défend : Mine Giant

05 mai 2000
0 Commentaire(s)
Les chefs syndicaux et les retraités se sont réunis à l'hôtel de ville de Yellowknife avant d'entamer une courte marche vers le bureau de poste au son du clocher, à midi le premier mai, date de la Fête des travailleurs. Cette année, le thème principal a été de critiquer le travail de la députée de Western Arctic, Ethel Blondin-Andrew dans le dossier du fonds de pension des travailleurs et des retraités de la mine Giant.

Les participants ont invité le public à déguster des sandwichs au « baloney » et du Tang. « C'est le genre de repas que les retraités peuvent se permettre après la coupure de 25 pour cent de leurs chèques mensuels », s'est indigné l'un des participants.

L'un des représentants des retraités a prononcé un discours cinglant à l'égard de la députée.

« Nous avons demandé à notre membre du Parlement, Mme Blondin-Andrew, de nous représenter au sein de son parti et à la Chambre. Nous lui avons envoyé une lettre la semaine dernière exigeant qu'elle exprime publiquement ce qu'elle comptait faire pour nous. Malheureusement, nous n'avons pas reçu de réponse et nous ne pouvons plus nous contenter de simples promesses d'appui de sa part. Nous nécessitons des gestes concrets », a déclaré Don McNenly, lors de son discours.

Les revenus mensuels de M. McNenly ont chuté de 1100 à 850 dollars le premier avril dernier. Il se dit chanceux puisque certains retraités gagnent dorénavant moins de 350 dollars.

Il souhaite que le gouvernement apporte des changements à la Loi sur les faillites et l'insolvabilité et à la Loi sur les normes et les prestations de salaire. Il estime que les failles dans ces lois ont permis à la coupure d'entrer en vigueur.

Marc Danis, le président du local 2304 du syndicat national des travailleurs et des travailleuses de l'automobile, n'a pas mâché ses mots à l'égard de la députée. « Lorsque vient le temps d'agir, on s'aperçoit qu'elle ne fait absolument rien. J'aimerais la voir se lever au sein de la Chambre et présenter un projet de loi », a-t-il déclaré. Monsieur Danis estime que la députée devrait présenter le projet de loi même si elle occupe un poste au sein du Cabinet. Cette dernière affirme que sa position l'empêche de remplir un tel rôle.

« Foutaise ! Je ne vois pas pourquoi on aurait à se tourner vers un membre de l'opposition, comme le suggère Mme. Blondin-Andrew, pour présenter un projet de loi. Nous avons élu une représentante du parti libéral. Elle devrait travailler pour nous en premier lieu et défendre nos intérêts », a riposté Marc Danis.

Toutefois la députée se défend. Elle affirme ne pas avoir abandonné le projet de loi émanant d'un député. « Ce projet devrait cautionner les fonds de pension de telle manière que d'autres parties ne puissent utiliser ce fonds sans préavis, consultation et accord de la part des travailleurs ou de leurs représentants. »

Mme Blondin-Andrew soutient également qu'elle cherche un autre député pouvant présenter ce projet de loi à la Chambre. Elle n'exclut pas la possibilité que le document puisse même être présenté au Sénat. Elle estime devoir récolter 100 signatures, dont 20 de l'opposition avant qu'un projet de loi puisse être déposé à la Chambre.

« Les avocats doivent encore répondre à 28 questions et nous dire quelles mesures nous devons prendre à cet effet. On s'attend à ce que toutes les questions soient résolues cette semaine », a-t-elle ajouté. Elle affirme que le projet de loi doit être présenté aux membres de l'opposition dans leur ensemble, sans amendement. Elle soutient que des amendements au projet susciteraient du mécontentement parmi les signataires au sein de l'opposition.

La députée soutient que cautionner les fonds de pension ne permettra pas aux retraités de la mine Giant de récupérer l'argent manquant. Néanmoins, elle affirme exercer une collaboration étroite avec l'office du surintendant des institutions financières pour atteindre cet objectif.