Incendies de forêt : Mesures d’urgence aux TNO

31 juillet 2013
0 Commentaire(s)
L'an dernier aura été spectaculaire pour les gens de la région du Slave Sud. Au début du mois de juillet, le paysage est devenu quasi martien à Hay River alors que les incendies faisaient rage dans le nord de l'Alberta. (Archives : Édith V-R)

L'an dernier aura été spectaculaire pour les gens de la région du Slave Sud. Au début du mois de juillet, le paysage est devenu quasi martien à Hay River alors que les incendies faisaient rage dans le nord de l'Alberta. (Archives : Édith V-R)

Les forêts ténoises sévissent sous les conditions extrêmes de sécheresse. Barricades routières, fermeture d’un parc territorial et opérations de lutte contre les incendies forestiers sont à l’agenda de nos ministères territoriaux.
 

Selon Judy McLinton, porte-parole pour le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, la région entourant le parc territorial des chutes Sambaa Deh, entre le kilomètre 354 et le kilomètre 325, suscite les inquiétudes : « Il y a deux feux dans ce parc. Le premier brûle au nord et il a une superficie de 3 700 hectares. L’autre feu, qui est notre préoccupation majeure, est d’une superficie de 5 300 hectares. Il s’agit de 4 ou 5 feux qui sont dorénavant considérés comme un seul. »

Ce dernier nécessite un effort conjoint particulier entre le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles, le ministère des Transports et le ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement afin de protéger la population et les biens matériels de valeur qui s’y trouvent. « La plupart du temps, la route no 1 est ouverte. Cependant, près de la moitié du temps, dans les 10 derniers jours, nous n’avons permis la circulation qu’en présence d’une escorte », informe Earl Blacklock, gestionnaire des affaires publiques et des communications, au ministère des Transports des TNO. M. Blacklock travaille en étroite collaboration avec le ministère de l’Environnement afin de gérer la circulation. « Il s’agit d’une situation habituelle sur la route no 3, mais pas sur la route no 1 », a souligné M. Blacklock. En plus de ces mesures routières strictes, le site touristique et le camping de ce parc territorial ont suspendu leurs activités au grand public. Une tour d’observation touristique et plusieurs cabines sont surveillées par les deux équipes envoyées par le ministère de l’Environnement afin de lutter contre ces incendies. « Cette tour est assez récente et elle représente un investissement plutôt important [pour le ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Inverstissement], soulève Mme McLinton. Nous avons envoyé une équipe afin d’assurer qu’elle ne soit pas touchée par l’incendie. » Au coût total de 400 000 $, cette tour d’observation est située sur une plate-forme, de l’autre côté de la rivière faisant face aux installations principales du parc (stationnement et sentiers). « Le feu fait présentement rage aux abords du stationnement, il n’a pas encore menacé la tour d’observation », assure Mike Mageean, surintendant régional du Dehcho, au ministère de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement. « Nous allons réévaluer notre décision le 6 août », partage-t-il, au sujet de la fermeture du parc qui affiche toujours complet durant la première fin de semaine du mois d’août. Il avoue ne pas s’inquiéter outre mesure face à cette situation : « J’ai foi en les efforts du ministère de l’Environnement et je suis certain que dame Nature coopérera avec nous afin de préserver ce parc dans son état d’origine. »

« Il y a 222 feux de forêts répertoriés jusqu’à maintenant cette année, c’est au-dessus de nos moyennes habituelles, rapporte Mme McLinton. De ces feux, 139 sont considérés maîtrisés, 68 sont en observation, 6 sont contenus et 9 sont toujours hors de contrôle. » Selon la porte-parole, les conditions de sécheresse extrêmes, surtout dans les régions du Slave Sud et du Dehcho, ainsi que le début de saison précoce, sont des facteurs contribuant à la situation actuelle. Les dangers d’incendie étaient considérés comme élevés, au moment de mettre sous presse. Toutefois, Mme McLinton avertit qu’avec les prévisions météorologiques des prochains jours, l’état de la situation allait probablement basculer à l’extrême. « Nous tenons à remercier les gens pour leur vigilance accrue en ce qui a trait aux incendies forestiers, cette année. L’an dernier, 25 incendies étaient d’origine humaine, représentant des coûts d’un million de dollars au ministère. Nous en avons eu que 10 jusqu’à maintenant », termine-t-elle.