Patrimoine et Langues officielles : Mélanie Joly succède à Shelly Glover

03 décembre 2015
0 Commentaire(s)

OTTAWA – Le hasard fait parfois bien les choses. Le premier ministre canadien nouvellement élu, Justin Trudeau, a dévoilé la composition de son cabinet à une date qu’affectionnait particulièrement l’ex-premier ministre libéral Jean Chrétien, le « s’quatre novembre ».
Justin Trudeau en a profité pour réduire la taille du cabinet fédéral. Le nouveau cabinet compte dorénavant une trentaine de membres, soit une dizaine de moins que celui du chef conservateur Stephen Harper au moment du déclenchement des élections. Par ailleurs, le nouveau premier ministre a opté pour la parité hommes-femmes au sein de son conseil des ministres.
En ce qui concerne le membre du cabinet Trudeau qui sera responsable du dossier des langues officielles, une certaine incertitude a plané dans les heures qui ont suivi l’assermentation des ministres, mais c’est finalement à Mélanie Joly qu’incombera cette responsabilité.
Si les organismes porte-parole des communautés de langue officielle en situation minoritaire s’interrogeaient quant à savoir qui serait leur principal interlocuteur au sein du gouvernement fédéral, c’est que Justin Trudeau a nommé Mélanie Joly ministre du Patrimoine canadien, tandis que Marie-Claude Bibeau, une autre députée québécoise élue pour la première fois le 19 octobre dernier, était nommée ministre du Développement international et de la Francophonie.
Lors des années Harper, on retrouvait un ou une ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles. Même sous Paul Martin, de 2004 à 2006, on comptait un ministre responsable des Langues officielles. Les langues officielles ne font dorénavant plus partie du titre officiel, ce qui n’a pas manqué de soulever certaines questions à la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada.
« Ce n’est pas clair en ce moment. Ce qui est clair, c’est que personne n’en porte le titre, et ça envoie un drôle de message », notait la présidente de l’organisme, Sylviane Lanthier, peu de temps après l’assermentation des nouveaux ministres.

Quelques mots sur la nouvelle ministre

Âgée de 36 ans seulement, la ministre du Patrimoine canadien est une nouvelle venue en politique fédérale. Elle a cependant brigué la mairie de Montréal en 2013, terminant derrière l’ancien député et ministre libéral Denis Coderre.
Sa courte carrière politique a néanmoins été marquée par quelques contradictions et controverses, certains de ses adversaires la qualifiant d’opportuniste. Entre autres, elle avait promis à maintes reprises être en politique municipale pour y rester et nié catégoriquement avoir l’intention de tenter sa chance au fédéral sous la bannière libérale.
D’autre part, des rumeurs circulent à l’effet que certaines règles auraient été contournées au sein du Parti libéral afin qu’elle décroche l’investiture dans la circonscription montréalaise d’Ahuntsic-Cartierville. Des postes auraient même été promis à des adversaires pour qu’ils laissent le champ libre à Mme Joly, une protégée de Justin Trudeau.
Avant de faire le saut en politique, soulignons que Mélanie Joly avait agi comme avocate, pour ensuite œuvrer au sein d’une agence de communication. Dans ce dernier rôle, elle avait été appelée à travailler à la campagne de Justin Trudeau lors de la course à la direction du Parti libéral.

Les autres... et les oubliés

Parmi les autres ministres avec lesquels les communautés francophones d’un bout à l’autre du pays auront éventuellement des discussions, on retrouve bien entendu Marie-Claude Bibeau à la Francophonie, bien que celle-ci risque surtout d’hériter des dossiers émanant du Québec et de la francophonie internationale.
La FCFA indique pour sa part avoir hâte d’échanger avec le vétéran John McCallum, qui se retrouve à la tête de ce qui s’appelle maintenant le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté. La FCFA entend notamment discuter d’immigration francophone avec lui.
De plus, les communautés francophones entendaient demander au nouveau ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, que l’on réinstaure le questionnaire long du recensement, mais cette mesure a été annoncée par le gouvernement dès le lendemain de l’assermentation des ministres.
Soulignons aussi que le député acadien Dominic LeBlanc a été choisi comme leader du gouvernement à la Chambre des communes.
Enfin, du côté des députés francophones qui ont été écartés du cabinet, on compte le Franco-Ontarien et ex-ministre responsable des Langues officielles Mauril Bélanger, de même que Pablo Rodriguez, qui est bien au fait des dossiers en la matière et qui s’est avéré un proche collaborateur de Justin Trudeau.