Politique fédérale : Mauril Bélanger s’est éteint

OTTAWA — Mauril Bélanger, membre libéral du Parlement depuis plus de deux décennies et militant de longue date pour les droits des francophones au Canada anglais, s’est éteint à l’âge de 61 ans après une bataille publique contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA), communément appelée maladie de Lou Gehrig.

Le premier ministre Justin Trudeau a lui-même annoncé le décès du député de la circonscription d’Ottawa-Vanier sur son compte Twitter, le mardi 17 au soir.

M. Trudeau a écrit : « Mauril Bélanger est décédé. Toute la famille parlementaire pleure ce grand ami, ce député infatigable et ce courageux combattant ».

La maladie n’a pas empêché M. Bélanger, quelques mois avant son décès, de réclamer que la Ville d’Ottawa devienne officiellement bilingue à temps pour les célébrations de 2017 marquant le 150e anniversaire de la Confédération.

Il avait reçu ce soir-là le prix Bernard-Grandmaître, décerné par l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) à une personne qui a marqué Ottawa par son engagement et son leadership dans la promotion et le développement de la communauté francophone.

M. Bélanger a eu besoin d’aide pour monter sur l’estrade et s’est adressé à l’assemblée avec l’aide d’une voix synthétique, la maladie l’ayant privé de la parole, dès son apparition; un coup doublement cruel pour cet homme qui a passé sa vie à militer pour les droits linguistiques.

Le député a appris qu’il était atteint de cette maladie neurodégénérative incurable en novembre 2015, quelques semaines seulement après avoir été réélu dans la circonscription d’Ottawa-Vanier pour la huitième fois depuis son arrivée en politique fédérale lors d’une élection partielle, en février 1995.

Le 27 janvier 2016, il était entré dans l’histoire en devenant le premier député de la Chambre des communes à utiliser une voix électronique; il avait alors redéposé son projet de loi d’initiative parlementaire visant à retirer une phrase qu’il jugeait sexiste dans le « Ô Canada ». Il s’agissait de sa deuxième tentative pour rendre plus « inclusive » la version anglaise de l’hymne en remplaçant l’extrait « true patriot love in all thy sons command » (« un vrai amour de la patrie anime tous tes fils ») par « true patriot love in all of us command » (« un vrai amour de la patrie nous anime tous »). Le premier projet de loi avait été rejeté à sa deuxième lecture en avril 2015.

M. Bélanger était revenu aux Communes, le 6 mai 2016, pour lancer le débat en deuxième lecture de son nouveau projet de loi. Ovationné par ses collègues à son entrée en Chambre, en fauteuil roulant, il avait présenté ses arguments à travers une voix synthétique.

« Notre hymne national ne devrait pas ignorer la contribution grandissante de 52 pour cent de notre population », avait-il exposé sous le regard de sa femme, qui était assise dans les tribunes en compagnie de l’ancien chef intérimaire du Parti libéral, Bob Rae.

« Les progrès réalisés par les femmes dans notre société sont significatifs, et ils devraient être pleinement reconnus », avait poursuivi M. Bélanger, qui était resté en Chambre pendant un peu plus de 15 minutes avant de quitter, sous les applaudissements de ses pairs.

Le 10 juin, il a été contraint de retourner, une fois de plus, aux Communes afin que son projet de loi puisse entamer sa troisième lecture. Les conservateurs, alors, refusaient d’accepter que le projet de loi soit transféré au parrainage d’un autre élu libéral et le parrain d’un projet de loi doit être présent à l’amorce de chacune des étapes d’étude du texte législatif.

M. Bélanger était alors apparu beaucoup plus faible qu’un mois plus tôt, n’offrant aucune réaction visible à ce qui se passait autour de lui. Il n’a pas pris la parole. Cette image aura réussi à effacer les précédentes, alors que le député Bélanger, malgré sa maladie, tenait à faire son travail de parlementaire.

Le 9 mars 2016, M. Bélanger était devenu président honoraire de la Chambre des communes pour une journée, et avait siégé ainsi pendant environ 20 minutes pendant les déclarations des membres et le début de la période de questions quotidienne, communiquant avec sa tablette électronique.

Remarquablement, Mauril Bélanger venait tout juste de rentrer d’un voyage en Afrique du Sud et en Namibie à titre de président de l’Association parlementaire Canada-Afrique, un groupe qu’il avait cofondé en 2003.

« La pure détermination de monter dans un avion et d’utiliser une marchette, une canne, la nouvelle technologie pour communiquer (...), d’assister à 99 pour cent des réunions », s’est souvenu le sénateur Jim Munson, qui accompagnait la délégation de M. Bélanger.

« Il occupait une place prépondérante. Il vivait dans le moment, chaque fois. »

Mauril Bélanger a été nommé porte-parole honoraire national de la Marche pour la sclérose latérale amyotrophique, une campagne annuelle lancée à travers le Canada afin d’appuyer la recherche de même que les personnes atteintes de la maladie, dont le nombre varie entre 2500 et 3000 au pays.

M. Bélanger, deuxième d’une famille de cinq enfants, est né à Mattawa, en Ontario, et sa mère était une militante pour les droits de la communauté francophone locale. Adolescent, il devait rouler en autobus pendant 60 kilomètres jusqu’à North Bay pour étudier dans une école secondaire francophone. Il a par la suite étudié la littérature anglaise à l’Université d’Ottawa afin de parfaire sa langue seconde.

Tout au long de sa vie, il a milité pour les droits des minorités en général et des Franco-Ontariens en particulier.
En 2010, interviewé par le journal L’Express, il confiait que de toutes ses luttes, c’est la bataille pour la survie de l’Hôpital Montfort qui a le plus compté pour lui.

En 1997, le gouvernement conservateur ontarien de Mike Harris a voulu fermer le seul hôpital francophone de la province. Les Franco-Ontariens étaient alors montés aux barricades. Et avec eux, le député fédéral d’Ottawa-Vanier : Mauril Bélanger.

« Ce projet a été mon objectif principal pendant deux élections », confiait-il à L’Express en 2010.

Son projet de loi qui change la version anglaise du Ô Canada a été adopté par les Communes le 15 juin 2016. Cependant, une semaine plus tard, le Sénat a ajourné pour l’été sans l’adopter. Le député Bélanger n’aura donc pas pu entendre sa version corrigée de l’hymne national.

Celui qui s’est battu toute sa vie publique pour le respect de la langue française au Canada aura réussi à marquer la langue anglaise aussi... à condition que le Sénat finisse le travail qu’il avait entrepris.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.