Concours national d’art oratoire de Canadian Parents for French : Mackenzie Marriott représentante les TNO

Mackenzie Marriott, 11e année de l'école d'immersion St-Patrick sera la représentante ténoise lors de la finale du Concours national d'art oratoire organisé par Canadian Parents for French prévu à Gatineau, le 28 mai prochain.(Crédit photo: Noémie Bérubé)

Mackenzie Marriott, 11e année de l'école d'immersion St-Patrick sera la représentante ténoise lors de la finale du Concours national d'art oratoire organisé par Canadian Parents for French prévu à Gatineau, le 28 mai prochain.(Crédit photo: Noémie Bérubé)

L’élève d’immersion de la 11e année de l’école St-Patrick de Yellowknife prendra part au Concours national d’art oratoire de Canadian Parents for French, à Gatineau le 28 mai prochain.
 

Mackenzie Marriott a remporté la première position de la finale territoriale du Concours d’art oratoire le 27 avril dernier avec sa présentation intitulée Les femmes en politique canadienne.
La récipiendaire faisait partie de la catégorie Early immersion 11e année et devait prendre la parole entre 3 minutes trente et 5.


Inspirée par les femmes du Parlement
L’inspiration de la jeune femme vis-à-vis la politique féminine remonte à son congé scolaire de mars où l’adolescente a participé à l’Alberta Girls Parliament, une occasion pour les filles de découvrir le quotidien d’une femme en politique. Elle y a notamment appris comment faire des débats : « C’était tellement intéressant! »
Mackenzie a raconté que tout est parti de là : « J’ai fait beaucoup de recherche et avec le programme j’ai eu beaucoup d’information en plus d’avoir visité l’Assemblée législative et visiter les femmes. »
Son prochain gros défi
« Je suis tellement excitée, mais aussi vraiment nerveuse. », a confié l’élève de l’école St-Patrick quant à sa participation au Concours national qui se déroulera à Gatineau. « Il y a toujours plus de travail à faire, tu peux toujours t’améliorer, mais je pense que je suis prête, je dois continuer de pratiquer. »
Son plus gros défi sera « mes nerfs », expliquant qu’elle sera nerveuse d’être sur la scène et que la peur d’oublier quelque chose et le temps la hanteront. Les juges vérifieront les cartons qui accompagneront les élèves, le nombre de mots sur ces derniers sera limité et posera ainsi une nouvelle contrainte aux participants.


Une future politicienne?
À savoir si Mackenzie Marriott souhaite devenir une femme en politique, elle a répondu : « Pas vraiment, je suis inspirée des femmes en politique, mais ça ne m’intéresse pas vraiment, peut-être lorsque je serai plus âgée. »
Elle a complété l’entrevue en laissant savoir les raisons qui la poussent à prendre part aux activités oratoires. : « Je pense que c’est une expérience qui est formidable et c’est quelque chose que les autres personnes doivent essayer parce que parler en avant du public est quelque chose que tu dois faire toute ta vie, alors c’est meilleur de commencer maintenant quand t’es plus jeune que lorsque tu es plus âgé. » Elle a d’ailleurs choisi de participer au Concours d’art oratoire local en raison de son aisance et sa facilité à parler devant les gens, elle aime les présentations
Mackenzie Marriott, tout comme les autres participants courent la chance de remporter des bourses de l’Université d’Ottawa, l’Université de Moncton, l’Université de Saint-Boniface, l’Université Sainte-Anne, et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard. 
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.