Société Santé en français : Les projets francophones des TNO présentés

06 juin 2013
0 Commentaire(s)
Les six organismes francophones qui ont participé à l’initiative nationale de la Société Santé en français ont présenté leur projet, le 29 mai dernier. (Crédit : Jean de Dieu Tuyishime)

Les six organismes francophones qui ont participé à l’initiative nationale de la Société Santé en français ont présenté leur projet, le 29 mai dernier. (Crédit : Jean de Dieu Tuyishime)

Les six projets répertoriés « majoritairement » sur les trois dernières années ont été présentés à la population francophone, le 29 mai dernier.

Animée par Jean de Dieu Tuyishime, le coordonnateur de Réseau TNO Santé en français, la rencontre communautaire a permis de constater les nombreuses activités réalisées entre 2010 et 2013, lors d’une initiative nationale s’inscrivant sur la feuille de route qui a pris fin le 31 mars 2013. Au total, ce furent 70 projets qui ont été accomplis dans le pays.

Le 29 mai, il s’agissait d’une soirée de réseautage, de conclusion et de présentation de ce que les six organismes francophones ont accompli depuis 2010. Au cours de celle-ci, les acteurs impliqués ont pu jaser et exprimer les difficultés qu’ils ont éprouvées ou même offrir leur avis sur une façon différence de procéder.

Santé Canada a remis une subvention à La Société Santé en français et ses réseaux membres (17 réseaux à travers le pays), qui l’a distribuée à Réseau TNO en français, qui s’est alors chargé de faire de la promotion dans les TNO pour trouver des « formations » voulant réaliser des projets pouvant aider à améliorer l’accès à la santé dans les communautés en situation minoritaire. Dans chaque territoire et province, il y avait un montant de réservé à la réalisation de ceux-ci. Évidemment, ils n’étaient pas les mêmes puisque les réalités financières ne sont pas les mêmes partout.

Au début, tous les réseaux pouvaient faire ce qu’ils voulaient et celui des TNO a choisi, avec la somme de 479 800 $ de faire un appel de proposition dans la communauté : « Tous ceux qui ont des projets qui peuvent apporter une amélioration à la santé pour la communauté francophone, donnez-nous des idées », a fait part Monsieur Tuyishime.
Par la suite, l’organisme de santé a établi un comité de sélection pour ces projets et après, la Société Santé en français a remis des recommandations sur ces derniers.
La sélection des projets englobait beaucoup de critères, sauf que M. Tuyishime a dit qu’il a repéré une certaine flexibilité. À la fin, ils ont tous été regroupés dans six catégories essentielles; santé mentale, petite enfance, les aînés, enfants et jeunes, accès global (soit ceux qui offraient des services directs) et promotion de la santé. Certains projets se sont étendus sur une seule année ou voire même deux ans.

Les six projets qui ont intéressé les francophones dans les Territoires du Nord-Ouest sont : Alimentaction; Mise en valeur des services en français au sein de l’Autorité de la santé et des services sociaux, Yellowknife et les environs; La sécurité par la prévention;
Être actif et en santé à tout âge; Apprentis cuistots et Sensibilisation à la santé par l’entremise des arts, du sport et de l’alimentation. Ces activités ont entre autres été dirigées par la Garderie Plein Soleil, le Volet Franco50 TNO, l'école J.H. Sissons School, la Fédération franco-ténoise, l’Administration des services de santé et des services sociaux Yellowknife et l’Association franco-culturelle de Yellowknife.

Jean de Dieu Tuyishime a aussi été le facilitateur pour les six organismes et s’est dit content du travail réalisé. « Il faut se donner des tapes dans le dos, car c’était vraiment génial et j’ai été très impressionné de voir ce que ça a donné ». Il a cependant ajouté qu’il aurait aimé voir d’autres communautés bénéficier de ces concrétisations, mais le manque de ressources de personnel a causé des inconvénients.

Cependant, toujours selon le coordonnateur de Santé TNO en français, les difficultés que tous ont pu rencontrer pendant les trois ans furent que les promoteurs rejoignaient un faible bassin de population francophone lors des activités.
De plus, il y a eu un faible bassin de professionnels de la santé parlant le français qui ont pu collaborer, mais ce fut un problème récurrent remarqué dans d’autres provinces.
La troisième difficulté mentionnée fut la manière de rejoindre les « gens qui sont là » et de vulgariser les activités. Malgré tout, elles ne sont pas différentes des autres communautés en milieu minoritaire au Canada. Aussi, ce qui est ressorti dans le rapport fut que le climat froid hivernal reconnu aux TNO n’a pas aidé dans la réalisation de certaines activités.

Vanessa Haché, responsable de la firme VH Consultant a procédé à l’évaluation de ces projets en santé, puisqu’une des exigences était qu’à la fin de chacun, une évaluation soit soumise par une personne externe. Elle a expliqué ce qu’elle a dû effectuer : « Mon rôle là-dedans, était de m’assurer que les objectifs que les promoteurs de projets avaient dit qu’ils allaient poursuivre l’étaient bel et bien et atteint dans le cadre du projet ».
Pour ce faire, elle s’est déplacée trois fois en sol ténois pendant l’évolution des activités et a toujours été en contact avec eux et Réseau TNO pendant les trois ans.

Le processus d’évaluation de Mme Haché a commencé après le début des projets. Normalement, elle a laissé savoir que cela se fait dès la mise en forme des projets, ainsi ce moment permet de clarifier les mesures d’évaluation qui seront appliquées. Elle a dit que « Malgré tout, on a réussi à tout récolter toute l’information, les promoteurs sont vraiment habitués à faire des projets, donc à remettre des évaluations. Ils avaient déjà prévu faire des sondages pour récolter des données », assurant que cela n’a pas causé de problèmes.

Dans un avenir, s’il devait y avoir une répétition du gros projet avec Société Santé en français, elle a recommandé que les organismes se rencontrent avant pour possiblement collaborer.

Désormais, Jean de Dieu Tuyishime aimerait prendre de l’expérience des autres provinces et territoires et voir s’il y a des choses qui pourraient potentiellement aider où même être offertes dans les TNO.