Virus A(H1N1) : Les petites collectivités plus vulnérables

18 juin 2009
0 Commentaire(s)

189 cas de grippe porcine confirmés au Nunavut; quatre aux TNO.

Les petites collectivités isolées semblent plus vulnérables à la propagation du virus de la grippe A (H1NI)que les grands centres.

C’est, en tout cas, l’observation que fait le Docteur Kami Kandola, hygiéniste en chef par intérim des Territoires du Nord-Ouest.

Depuis le 28 mai, les cas de grippe A s’accumulent au Nunavut. En date du 16 juin, les autorités sanitaires du plus récent territoire canadien dénombraient 189 cas d’infections, dont la grande majorité dans les régions du Kitimeot (ouest) et du Kivalliq (centre). Moins de cinq cas étaient recensés dans la région de Baffin. Aux TNO, quatre cas ont été recensés.

« Il faut être très vigilant, affirme le Dr Kandola. Il faut s’assurer que les traitements sont prodigués le plus tôt possible, car il semble que les petites collectivités où il n’y a pas d’accès routier sont plus vulnérables, que la propagation se fait plus rapidement. » Elle note qu’un scénario de propagation rapide, similaire à la situation du Nunavut, a aussi été recensé dans une petite collectivité du nord du Manitoba.

Les petites collectivités des TNO ont, jusqu’à présent, été épargnées par la grippe. Sur les quatre cas recensés au territoire, trois venaient de Yellowknife.

L’épidémie nunavoise touche en partie les Territoires du Nord-Ouest étant donné que certains des résidents infectés sont transportés au centre médical de Stanton, à Yellowknife, géographiquement situé plus près du Kitikmeot que l’hôpital général d’Iqaluit. Jusqu’à présent, quatorze infectés ont été admis à Stanton. « La majorité d’entre eux ont déjà récupéré et ont reçu leur congé e l’hôpital », précise le Dr Kandola.

« Nous ne pouvons pas empêcher [la grippe] de se rendre jusqu’ici, poursuit-elle. C’est déjà présent. Ce que nous pouvons faire, c’est ralentir la propagation », dit-elle.

Pour y parvenir, le moyen le plus sûr demeure encore de rester chez soi. « Quiconque présente des symptômes de grippe devrait rester à la maison pour une semaine », affirme le Dr Kandola. Ces symptômes sont la toux, la fièvre, l’épuisement et des douleurs musculaires.

Au téléphone, l’hygiéniste en chef par intérim des TNO a elle-même la toux, mais elle ne s’isolera pas pour autant. « C’est une toux sèche. Je suis asthmatique, précise-t-elle. Les gens n’ont pas besoin de s’en faire pour une simple gorge qui pique. On parle vraiment des gens qui présentent des symptômes de grippe, de fièvre. »

Jusqu’à maintenant, la vaste majorité des cas de grippe porcine recensés dans le Nord étaient d’intensité moyenne et la plupart ont guéri normalement. Le temps n’est surtout pas à la panique.

On recommande néanmoins de se laver fréquemment les mains et de couvrir sa bouche avec son coude avant de tousser. Il est également approprié de laver les surfaces propices aux échanges de germes comme les poignées de porte et le combiné du téléphone.