Alberta, Nunavut et TNO : Les ministres actualisent leur programme d’éducation commun

29 septembre 2016
Les ministres de l'Éducation Paul Quassa, David Eggen et Alfred Moses à la table de signature 
au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Les ministres de l'Éducation Paul Quassa, David Eggen et Alfred Moses à la table de signature au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Ce sera la première fois que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest participera à la mise à jour
du programme d’enseignement de l’Alberta, utilisé dans ses écoles depuis de nombreuses années.

 

Les ministres de l’Éducation de l’Alberta, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, David Eggen, Paul Quassa et Alfred Moses se sont réunis pour la toute première fois le 26 septembre, en vue de renouveler un accord de cinq ans sur les licences conventionnelles sur les tests de rendement et les examens en vue de l’obtention d’un diplôme.
Lors de la signature, le ministre David Eggen a discuté de la réécriture de son programme d’enseignement : « Nous développons notre nouveau programme en français et en anglais simultanément sur une plateforme digitale. Ce sera en ligne et interactif. C’est un projet très ambitieux et c’est pour cela que nous sommes ici pour recevoir de l’aide de nos amis ».
Ces ressources en ligne seront également utilisées par les deux gouvernements territoriaux. « Aussitôt que les outils seront développés par les experts, nous donnerons nos commentaires. Le souci que nous avions portait sur l'accessibilité d'une connexion Internet à certains endroits aux TNO et au Nunavut, mais le gouvernement de l’Alberta a assuré pouvoir nous accommoder avec des copies papier », a convenu le ministre Moses.
De son côté, le ministre Eggen est venu se renseigner davantage sur les formations offertes aux enseignants des TNO sur l’histoire des écoles résidentielles. En effet, le ministre soulignait dans le Edmonton Journal, en juin dernier, l’importance de former tous les professeurs afin qu’ils aient les outils nécessaires pour enseigner l’histoire et les perspectives autochtones. Ce qu’il a affirmé mettre en place sous peu.
Le ministre du Nunavut, Paul Quassa, s’est dit chanceux d’avoir l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest comme partenaires : « je pense que c’est une occasion pour le Nunavut de prendre part à la création de ce nouveau programme et j’ai très hâte parce que le Nunavut est un territoire très unique avec une éducation bilingue. C’est très important pour nos enfants et les enfants de nos enfants. Même si le programme sera en anglais, on aime toujours “nunavuter” notre système d’éducation parce que la langue est tellement importante et vous savez probablement que 85 % de notre population parle inuktitut. Ce sera très important de travailler avec l’Alberta et les Territoires du Nord-Ouest pour offrir le niveau d’éducation approprié pour les élèves, les enseignants et la communauté ».
Le jour même de cette rencontre, un communiqué de la Commission scolaire francophone du Nunavut (CSFN) a déploré l’indifférence du ministre envers les élèves de la minorité linguistique francophone. « Pour une 3e année consécutive, faute d’infrastructures de base, aucun élève de la 9e année ne sera inscrit dans un programme d’études secondaires francophone », a signalé la CSFN. Le ministre du Nunavut n’a pas fait de commentaire sur l’éducation en français lors de cette rencontre.
Celle-ci s’est conclue par un échange de cadeaux entre les ministres.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.