École Allain St-Cyr : Les lettres et le soleil

18 septembre 2014
0 Commentaire(s)
Mélanie Genest a eu le coup de foudre pour le Nord lors de son passage à Whitehorse, il y a plusieurs années: ««J’ai eu la piqûre pour les grands espaces, dit-elle, pour la terre sauvage et le ciel magnétique… et pour les petites communautés chaleureuses où on se sent rapidement chez soi.» (Photo : Laurie Belhumeur)

Mélanie Genest a eu le coup de foudre pour le Nord lors de son passage à Whitehorse, il y a plusieurs années: ««J’ai eu la piqûre pour les grands espaces, dit-elle, pour la terre sauvage et le ciel magnétique… et pour les petites communautés chaleureuses où on se sent rapidement chez soi.» (Photo : Laurie Belhumeur)

Pour Mélanie Genest, une amoureuse du Nord, Yellowknife est à la fois un univers familier et nouveau.


Mélanie Genest, la nouvelle monitrice de langue de l'école Allain St-Cyr, est une amoureuse du Nord et des mots. Zoom in sur un parcours nomade.
Après des études en littérature à l’UQAM, puis en linguistique, didactique et pédagogie à Sherbrooke, Mélanie Genest a vécu sa première expérience du Nord dans une école d’immersion de Whitehorse en 2003. C'est là qu'elle est tombée en amour avec le Grand Nord. « J’ai eu la piqûre pour les grands espaces, dit-elle, pour la terre sauvage et le ciel magnétique… et pour les petites communautés chaleureuses où on se sent rapidement chez soi. »
Mélanie a également adoré son expérience à Iqaluit, où elle a notamment enseigné le français aux adultes. Et la voilà dorénavant à Yellowknife où l'adaptation se passe très bien. « Ma première impression, se rappelle-t-elle, était de revenir chez nous, de retrouver les corbeaux géants et leurs dix mille chants, le soleil bon et puissant. » Elle a été accueillie par un renard sur les sentiers de Frame Lake, un pygargue à tête blanche à Tin Can Hill, qui lui est passé à plusieurs reprises à hauteur de tête… et par la nouvelle coordonnatrice de projets de l'Association franco-culturelle de Yellowknife, Rosalie Davreux. « Dès ma deuxième journée, dit Mélanie, elle m’a invitée à participer à un trip de canot-camping avec plein d’autres créatures extraordinaires et c’était vraiment une façon inespérée d’atterrir sur le land, de se faire dire Bienvenue à Yellowknife! »

À Saint-Cyr
Intégration réussie également à St-Cyr, où Mélanie apprécie l’équipe jeune, dynamique, allumée, qui fait un excellent travail auprès des apprenants. Elle goûte en outre la richesse de la bibliothèque et la compétence de celle qui en détient les clés. Il faut bien dire que la nouvelle monitrice de langue de St-Cyr est une fervente amante de littérature; elle écrit elle-même de la fiction et de la poésie, a donné des ateliers d'écriture et de chanson. Et, bien sûr, elle adore la lecture.
« Allain St-Cyr, analyse Mélanie Genest, m’inspire beaucoup et me remet de ma désillusion quant au système scolaire québécois, où on peut constater un écart énorme entre les fruits de la recherche en didactique et en pédagogie et ce qui se pratique en salle de classe. »
Mélanie ne devrait pas être déçue de son expérience ténoise. Alors que son milieu de travail lui convient très bien, elle va trouver à Yellowknife tout ce qu'il faut pour assouvir ses autres passe-temps, la marche, le ski de fond hors-piste, le yoga et la méditation.