Les langues autochtones valorisées

27 mai 2005
0 Commentaire(s)
Les enseignants à l’emploi du gouvernement des TNO ont voté en faveur de l’entente survenue entre l’Association des enseignants des Territoires du Nord-Ouest (NWTTA) et le gouvernement.

La convention collective adoptée le 19 mai par les enseignants comprend des augmentations salariales intéressantes pour les enseignants qui offrent des cours dans l’une des neuf langues autochtones officielles des TNO. « Nos professeurs de langues autochtones jouiront d’augmentations significatives », annonce enthousiaste la présidente de la NWTTA, Amanda Mallon. Ces augmentations atteindrons jusqu’à 12 % en trois ans.

« Nous avons également obtenu plus d’argent pour l’enseignement culturel destiné aux Autochtones », ajoute Mme Mallon. La nouvelle convention comprend aussi plus de fonds pour la formation des enseignants intéressés par l’enseignement des langues et cultures autochtones.

« J’espère que cela encouragera plus de gens à s’intéresser à la possibilité d’entreprendre une carrière de professeur de langue ou de culture autochtone. Parce qu’en ce moment nous avons grandement besoin de recruter de tels professeurs », indique la présidente. En ce moment, dit-elle, la Commission scolaire numéro 1 de Yellowknife est activement à la recherche d’enseignants qualifiés pour enseigner les langues et les cultures autochtones. Mais, déplore-t-elle, les écoles sont présentement en compétition avec d’autres secteurs, les ressources naturelles entre autres, qui offrent de meilleurs salaires à leurs employés pouvant s’exprimer dans une langue autochtone. Cela fait en sorte que les locuteurs autochtones ne sont pas nécessairement attirés par une profession qui leur permettrait de transmettre leur bagage culturel.

En outre, Mme Mallon espère que ces mesures favoriseront le maintient en poste des professeurs qui oeuvrent dans les communautés les plus éloignés du territoire. Il y a quelques semaines, on apprenait que tous les enseignants de la communauté de Holman, située sur l’île Victoria au nord du 69e parallèle, quitteront leur emplois l’an prochain. « J’espère que cette convention avec les augmentations qu’elle présente favorisera la rétention des professeurs », commente Mme Mallon.

Notons que les mesures pour la promotion des langues autochtones présentes dans cette convention collective n’ont pas d’équivalents pour les professeurs de langue française. C’est, par ailleurs, cette convention collective qui s’applique aux enseignants de la Commission scolaire francophone de division.

Autres faits saillants Hormis la promotion des langues autochtones, cette nouvelle convention collective marque aussi une augmentation des salaires de tous les profs. Ces augmentations seront de 3 % par an durant trois ans, pour un total de 9 %.

La convention se démarque aussi des précédentes par le fait qu’elle s’échelonne sur une période de trois ans plutôt que deux comme avant. « De plus en plus, les associations de professeurs d’un océan à l’autre optent pour des ententes triennales », note la présidente.

En outre, la convention comprend des réajustements quant aux allocationsde vie nordique. Celles-ci augmentent dans la plupart des communautés, à l’exception de quelques-unes. À fort Smith, par exemple, les enseignants toucheront environ 180 dollars de moins en allocations de vie nordique. Ces pertes seront toutefois compensées par des augmentations salariales proportionnelles. « Personne ne verra de diminution sur son chèque de paye », assure Mme Mallon.

Cette convention collective s’applique à tous les enseignants des écoles des TNO, à l’exception de ceux à l’emploi de la Commission scolaire numéro 1 de Yellowknife et de la Commission scolaire catholique de Yellowknife. La convention collective de ces derniers sera échue en août et celle des enseignants de YK1 est encore valide jusqu’en 2006.

Le texte de la convention collective des professeurs devrait être disponible bientôt sur le site Web de l’Association des enseignants, le www.nwtta.nt.ca.