Vingt-cinquième anniversaire de l'école Allain St-Cyr : Les fruits de la persévérance

25 mai 2015
0 Commentaire(s)
Pour la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen, la construction du bâtiment actuel d'Allain St-Cyr, son agrandissement et le jugement Charbonneau ont été trois moments-clés de l'école francophone de Yellowknife. (Denis Lord)

Pour la directrice générale de la CSFTNO, Yvonne Careen, la construction du bâtiment actuel d'Allain St-Cyr, son agrandissement et le jugement Charbonneau ont été trois moments-clés de l'école francophone de Yellowknife. (Denis Lord)

On ne s'est pas battus pour rien! - Martine Gauvin
 

Malgré une certaine morosité due aux récents avatars du français en Cour suprême du Canada, l'atmosphère, à l'approche du 25e anniversaire de l'école Allain Saint-Cyr, est à la joie, la fierté et à la rétrospective.
Marc Lacharité donne une idée du chemin parcouru. « C'est une super belle école! », s'enthousiame-t-il en revenant d'Allain St-Cyr, où il passait une entrevue. Il faut dire que Marc est revenu aux TNO après plusieurs années d'absence. Il faisait de la suppléance à Allain St-Cyr entre 1990 et 1995, alors que l'école n'était constituée que de quatre maisons mobiles dans le stationnement de l'école Sissons. « Il n'y avait pas de Commission scolaire francophone alors, rappelle Marc Lacharité. St-Cyr était rattachée à la Commission scolaire de district no 1 de Yellowknife et était dirigée par Terry Bradley, qui dirigeait aussi Sissons. Il était francophone et avait la francophonie à cœur. »

Succès
Enseignante à la maternelle, Martine Gauvin est la doyenne de St-Cyr, où elle travaille depuis août 1998. Succès : voilà ce qu'évoque pour Martine le 25e anniversaire de l'établissement. Elle se rappelle l'époque des portatives, deux batailles juridiques avaient déjà été gagnées. « Nous amenions les jeunes voir l'évolution de la construction de la nouvelle école. Nous sommes déménagés en septembre, c'était un grand événement. En février 2000, pour célébrer le 10e anniversaire de l'école, nous avons enfoui une capsule de temps à être ouverte en 2025. Je ne me souviens pas ce que les jeunes ont mis dedans, mais l'ouverture de cette capsule sera la prochaine étape intéressante de l'école. »
Martine Gauvin considère que ce quart de siècle est un bel accomplissement pour ceux qui ont soutenu la naissance et développement de l'école. « Il y avait Bernadette Leblanc [la soeur d'Yvonne Careen], d'autres parents. J'essaie de me mettre dans la peau de ces gens et ça doit être une belle tape sur l'épaule de se dire ok, on ne s'est pas battus pour rien. J'espère que les générations futures vont profiter de tout le temps et de l'énergie qui ont été investis. J'espère que dans 15 ou 20 ans, les gens se diront encore qu'on ne s'est pas battus pour rien. »

Moments forts
Yvonne Careen a troqué l'an dernier la direction de St-Cyr pour celle de la Commission scolaire francophone des TNO. Elle s'est dite heureuse que l'école soit arrivée à 25 ans de richesse. « On perçoit, ajoute-t-elle, qu'il y a une importance léguée à l'éducation en français, le nombre d'élèves augmentant, on souhaite un autre 25 ans. »
Parmi les moments les plus forts de ces 25 ans, elle retient la construction du bâtiment actuel sur Taylor. « Les deux autres moments importants, analyse Yvonne Careen, ont été l'agrandissement de l'école, qui a permis le développement du secondaire, et le jugement de 1er juin 2012 de la juge Charbonneau. Je crois encore qu'elle voyait clair. Je crois que la Cour suprême confirmera ça. »
Geneviève Charron, qui a récemment pris l'ancien poste de Mme Careen, dit apprécier tout l'énorme travail fait en amont de son arrivée. « C'est comme courir le dernier kilomètre d'un marathon », dit-elle.
Mme Charron souligne que l'école est passée de 12 à 140 élèves, et peut encore prendre de l’ampleur.

Commentaires
Moira Green, 5e année, s'est dite fière de participer aux célébrations du 25e anniversaire, parce qu'elle y étudie depuis la maternelle et que c'est vraiment une bonne école. « Le 25e me rend heureux, affirme Ellie Zantoko, 6e année. Je suis un nouvel élève, je fais partie d'une grande expérience. »