Musée Prince-de-Galles : Les francophones sont bien choyés

11 septembre 2014
0 Commentaire(s)

Le responsable des services d'éducation et de vulgarisation du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, Mike Mitchell, offre à voir un des nombreux artéfacts de l'institution.

Le responsable des services d'éducation et de vulgarisation du Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, Mike Mitchell, offre à voir un des nombreux artéfacts de l'institution.

Le Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles propose une gamme étonnamment étendue de services en français. Et gratuits! Un rappel.

Le Centre du Patrimoine septentrional Prince-de-Galles ne bénéficie certes par des mêmes ressources que les grandes institutions muséales canadiennes, mais fait état d'un dynamisme étonnant et d'une grande richesse des programmes et services éducatifs, où la langue française occupe une place de choix. Ainsi, les classes du préscolaire jusqu'au secondaire inclusivement peuvent se rendre sur place pour participer à des sessions thématiques sur différents aspects de la géographie, de l'histoire ou de l'anthropologie du Nord, ou encore visiter la réserve ou les archives. Mike Mitchell est le responsable des services d'éducation et de vulgarisation du Centre. Lui-même ou d'autres guides maniant la langue française sont disponibles pour offrir ces services.Ces programmes scolaires sont offerts gratuitement, tout comme les trousses éducatives et les objets à emprunter. Les trousses sont prêtées pour des périodes de deux semaines, ce qui laisse le temps au personnel de l'école ou des collectivités de se familiariser avec le matériel et de se préparer à communiquer son contenu. Ce dernier est très diversifié, de la trousse sur l'ère glaciaire et la Béringie, qui comprend des fossiles, jusqu'à l'ensemble de marionnettes et de légendes, en passant par l'assortiment axé sur le piégeage ou celui sur l'histoire de Yellowknife.

Expositions itinérantes
Les expositions itinérantes conçues par le Centre patrimonial comprennent également, à divers degrés, des éléments de français. Ainsi, l'expo Le grand fleuve comporte un panneau d'interprétation et du contenu multimédia en français, en plus des photographies, des cartes bathymétriques et de quelques artéfacts. Cette exposition porte sur l'histoire maritime du Mackenzie. La photographe Fran Hurcomb et son mari Dave Smith ont navigué le fleuve de Fort Providence jusqu'à Tuktoyaktuk. L'exposition Le grand fleuve sera à Fort Smith du 3 novembre au 26 décembre et à Deline du 4 mai au 19 juillet. Elle est donc encore disponible du début janvier à la fin avril. Quand à l'autre exposition, Les chasseurs des névés alpins, il semblerait que seul le matériel multimédia l'accompagnant soit en français.
Au moment d'aller sous presse, Prince-de-Galles mettait au point un partenariat avec l'Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY) pour présenter un volet français au programme Les beaux dimanches en famille. L'an dernier, l'ancien directeur de la programmation de Radio Taïga, Maxence, avait donné un atelier sur le souffle, initiant les jeunes au didgeridoo.
À ne pas négliger également, les ressources en ligne du Centre patrimonial Prince-de-Galles, d'une incroyable richesse, une fenêtre exceptionnelle sur les Territoires du Nord-Ouest. Le site sera prochainement revampé, possiblement en novembre. On nous promet encore davantage de contenu français.
Prince-de-Galles présentera le 12 septembre, une exposition pour célébrer le 75e anniversaire de la Commission scolaire no 1 de Yellowknife en partenariat avec celle-ci. Le 4 octobre verra le vernissage de One Door Closes...and Another One Opens, de sculptures et de peintures de Terry Pamplin. Il y aura également une exposition sur le bison des steppes, mais la date est indéterminée.