Nation dénée : Les chefs se choisiront (peut-être) une voix au niveau national

05 décembre 2003
0 Commentaire(s)
En octobre dernier, la cheffe de la Nation dénée, Noelline Villebrun, émettait un communiqué qui annonçait que le Conseil exécutif de la Nation, avait décidé de léguer le poste de représentant régional de la Nation Dénée à Noelline Villebrun. Cette tâche était auparavant remplie par l’ancien chef de la Nation, Bill Erasmus.

Pour l’instant, selon la présidente d’élection pour la Nation dénée, Darlene Mandeville, Bill Erasmus est toujours le représentant régional au niveau national. Celle-ci laisse entendre que c’est au cours de la semaine que les chefs verront à réviser le processus de sélection de ce représentant, avant de décider de tenir une élection sur le sujet. Selon l’ordre du jour de la rencontre, ce point serait discuté le jeudi 4 décembre.

De son côté, Noelline Villebrun demeure discrète sur le sujet. « Pour clarifier les choses, nous avons un processus d’élection et de sélection et les chefs décident ensuite de ce qu’ils veulent. Ce n’est pas que je veux absolument devenir cette représentante régionale, l’enjeu est de savoir ce qui est mieux pour la Nation dénée », laisse-t-elle entendre.

Questionnée sur ses débuts comme grande cheffe de la Nation dénée, Mme Villebrun se dit toujours en apprentissage. « C’est un rôle qui n’est pas traditionnel (pour une femme). C’est un grand défi. J’expérimente et j’apprends en cours de route. Les chefs m’ont toujours démontré beaucoup d’appui et m’aident beaucoup », dit-elle.

Celle-ci croit d’ailleurs que la rencontre de cette semaine pourra la guider dans ses prochaines actions. « Ce sera bien pour la Nation parce que les chefs me donneront une direction à suivre. J’ai donc hâte à l’Assemblée spéciale », de laisser entendre celle qui a été élue cheffe l’été dernier.

Outre le dossier du représentant national, les chefs entendaient discuter des dossiers chauds touchant les TNO. Le développement dans le secteur du gaz naturel et du pétrole, les ententes de revendications territoriales et d’autonomie gouvernementale, la législation fédérale sur l’enregistrement des armes à feu et la santé faisaient partie des sujets figurant à l’ordre du jour de la rencontre.