Les bonnes vieilles histoires

29 septembre 2016

C’est la semaine de l’alphabétisation, c’est l’automne! Les pages tournent et les feuilles volent. Lire, c’est quelque chose que l’on fait le plus souvent seul. Mais c’est quelque chose qui se partage très bien, avec la famille, des amis et même un public.
Et finalement, lire à voix haute, pour quelqu’un, pour enseigner, ou pour apprendre, je pense que c’est un des outils les plus forts pour la vitalité culturelle. Les jeunes apprennent les histoires par la répétition, par la relecture de ces contes parfois imagés. Mais l’expérience est amplifiée lorsque c’est un ami, un adulte ou une marionnette qui lui raconte l’histoire. La transmission devient également orale, et nous savons tous qu’elle peut également être très persistante.
C’est pour cela qu’il est intéressant de faire vivre des projets tels que The Tale of a Town. Les gens ont toutes sortes d’histoires à faire revivre à travers cette démarche d'apothicaire. Comme un vieux pharmacien qui va récolter des herbes médicinales, ce projet emmagasine les anecdotes sur la vie des centres-villes canadiens, pour ensuite en faire un onguent, un élixir qui se transmet par le son. Les auditeurs vont découvrir ou revivre des événements qui se sont passés chez eux ou à des milliers de kilomètres. Un remède à la desertification du centre ville? Ce qui est important, c’est qu’ils écoutent ces histoires et peut-être, les racontent à nouveau à leur manière, et que la tradition orale se perpétue et que les histoires perdurent.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.