Gestion du caribou : Les audiences sont suspendues

01 avril 2010
0 Commentaire(s)

L’Office des ressources renouvelables Wekeezhi a suspendu ses audiences publiques à la demande du gouvernement Tlicho. 

Le jour même où l’Office des ressources renouvelables Wekeezhi (ORRW) devait entendre les remarques finales lors de ses audiences concernant la gestion des hardes de caribous dans la région du Wekeezhi, il a été décidé de suspendre le processus pour laisser le temps au gouvernement Tlicho de s’entendre avec le gouvernement des TNO. Selon le président de l’ORRW, la requête du gouvernement autochtone fut une réelle surprise. « Nous nous sommes adaptés à la demande des deux gouvernements. Durant toute la durée des audiences, il y a eu de nombreux témoignages qui présentaient le fait qu’à travers les discussions, les gens pourraient résoudre leurs différends. Je pense que les gouvernements ont intégré cette information et décidé de prendre cette opportunité à la volée », raconte Grant Pryznyk.

Déposée le 13 novembre 2009, la proposition conjointe de gestion des hardes de caribous Bathurst, Bluenose East et Ahiak par les deux gouvernements n’est effectivement pas complète alors que deux points n’aboutissent pas à un consensus. Afin de réduire la pression de chasse appliquée sur les populations de caribou, le GTNO a avancé l’idée d’instaurer l’interdiction de chasser les femelles de la harde Bathurst et de contrôler la récolte des mâles de cette même population lorsque mâles et femelles sont mélangés, ce à quoi les Tlichos se sont opposés catégoriquement. Il va sans dire que ce sont sur ces deux points que se baseront les futures discussions pour façonner ce plan de cogestion.

« L’Office a accepté de suspendre les audiences sous plusieurs conditions, résume Susan Fleck, directrice de la Division de la faune au ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles du gouvernement ténois. Il faut que les discussions progressent, qu'un rapport intérimaire soit déposé avant le 30 avril prochain, démontrant un résumé des consultations effectuées, et que les discussions puissent êtres suivies par des observateurs de l’ORRW. Alors l’Office se donnera le droit de juger cette progression et de reprendre immédiatement les audiences publiques pour finalement entendre les observations finales s’il juge que le dossier n’avance pas. »

Si les deux gouvernements démontrent une discussion constructive à la fin du mois d’avril, ils auront tout le mois de mai pour soumettre un nouveau plan de cogestion qui devra nécessairement préciser le nombre de caribous que peuvent récolter les autochtones et les critères de récolte au sein de la région Wekeezhi. Le déroulement du reste des audiences, c’est-à-dire s’il n’y aura qu’un seul jour d’audience ou une suite plus compliquée, dépendra de l’entente que les deux gouvernements réussiront à avancer et sera décidé par l’ORRW.

 

La parole des pourvoyeurs

Lors de cette semaine d’audiences publiques, plusieurs pourvoyeurs commerciaux ont pris la parole pour exprimer leur mécontentement et leur inquiétude à l’égard de ce plan de cogestion, qui exclut d’ores et déjà toute permission de chasse pour les non Autochtones et contrecarre donc tous leurs plans d’affaires. Pour mieux se faire entendre, la NWT Barren-Ground Caribou Outfitters Association a lancé son nouveau site Internet en concordance avec le déroulement de ces audiences. « Nous voulions situer notre association aux yeux des gouvernements et du public. C’est une façon pour nous de rester présents dans la discussion », assure Amanda Peterson, qui préside l’association des pourvoyeurs. En nommant leur site Caribouforever.com, cette dizaine d’entrepreneurs veulent faire comprendre qu’ils ont le même but que tous : une ressource de caribous qui perdure. La présidente reste pour le moins inquiète quant au dénouement de cette crise territoriale. « Nous n’avons pas l’impression d’être représentés par notre gouvernement. Nous pouvons nous aussi incarner une part de la solution », avise-t-elle, espérant encore ne pas devoir annuler toutes ses réservations pour la saison de chasse 2010, qui débute en août, ceci advenant le maintien de l’interdiction totale de chasse dans cette région mise en place au premier janvier 2010. Une chose que le président de l’ORRW ne croit pas impossible. « Même si les gouvernements arrivent à une entente, il faut toujours du temps pour mettre en œuvre de nouvelles réglementations », laisse tomber Grant Pryznyk.