Société d'Énergie : Les Ténois déçus de leurs services d’électricité

30 juillet 2009
0 Commentaire(s)

Le premier rapport de la commission de révision des activités de la Société d’énergie met en lumière (sans mauvais jeu de mots) la « frustration » des résidents.

« Frustration », voilà comment les trois panélistes chargés de réviser les activités de la Société d’énergie des TNO décrivent l’attitude générale des Ténois qui ont pris part aux consultations publiques.

« Virtuellement chaque personne que le panel a rencontrée a exprimé ses frustrations avec un ou plusieurs aspects du réseau électrique des TNO », peut-on lire dans le rapport déposé en version unilingue anglaise la semaine dernière.

C’est peut-être là le seul consensus qui se dégage du rapport qui se contente de dresser un portrait global des commentaires recueillis durant les trois mois d’audiences. Les griefs exprimés par les individus qui ont pris part au processus de consultation sont divers et parfois contradictoires.

En vrac, les citoyens et les organisations se sont plaints: du coût élevé de l’électricité, de la fréquence bagdadienne des pannes de courant et du manque d’incitatifs à la consommation responsable de la ressource.

 

Efficacité énergétique

Signe des temps, parmi les points les plus soulevés par les participants des audiences, les questions de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables arrivent en tête de liste.

Sans surprises, les organisations Ecology North et Arctic Energy Alliance ont plaidé en faveur de mesures incitatives à la réduction de la consommation de l’énergie et pour la promotion des énergies renouvelables.

La Commission scolaire catholique de Yellowknife a, pour sa part, fait une présentation sur un système de récupération de la chaleur résiduelle mis en place à l’école secondaire St-Patrick’s.

En outre, plusieurs participants ont indiqué au panel qu’à leur avis, le gouvernement des TNO et les pourvoyeurs de services privés – nommément la société Northland Utilities – n’ont pas d’intérêts réels à promouvoir la conservation d’énergie comme moyen de réduire les coûts d’électricité. À ce sujet, des résidents d’Inuvik ont exprimé leur désir de voir le gouvernement territorial jouer un rôle accru pour inciter les consommateurs à réduire leur consommation. Le fardeau reposant jusqu’à présent surtout sur les épaules des consommateurs, plusieurs personnes estiment qu’il peut être plus coûteux d’opter pour des choix écoénergétiques que de garder ses vieilles habitudes de consommation.

 

Coûts : pas de taux unique!

Les citoyens, évidemment, s’entendent tous pour dire que l’électricité coûte trop cher. Le commentaire à l’effet que les tarifs d’électricité augmentent, mais que la qualité du service elle ne s’améliore pas est aussi très fréquent. Les pannes de courant, surtout, soulèvent l’ire des consommateurs.

Mais l’idée d’un tarif unique pour l’ensemble du territoire – qui ferait sensément réduire de façon importante la facture d’électricité des habitants des communautés les plus isolées – ne recueille que très peu d’appui.

Dans les centres régionaux (Fort Smith, Hay River, Fort Simpson, Yellowknife, Inuvik) on était catégoriquement contre la proposition, de crainte qu’un taux normalisé n’augmente la facture d’électricité des résidents. La société Northland Utilities, division nordique de l’Albertaine Atco, s’est aussi opposée à la proposition pour des motifs similaires.

L’ONG Ecology North, quant à elle, s’est prononcée contre l’initiative, arguant que cela inciterait les résidents des collectivités desservies par des mini-centrales au diesel à augmenter leur consommation.

Dans ces petites collectivités, le message le plus récurrent est qu’on ne comprend pas pourquoi les tarifs d’électricité continuent d’augmenter, alors que le prix de l’essence a diminué.

 

Privatisation

Sous l’euphémisme de « changement dans la structure de l’industrie », la question de la possible privatisation des services de distribution de l’électricité est aussi abordée dans le rapport.

La société Northland Utilities, bien sûr, est favorable à de tels changements. Les chambres de commerce de Yellowknife, Fort Smith et Hay River, abondent dans la même direction. À leur avis, la Société d’Énergie des TNO est inefficace et une gestion privée du service ferait baisser les coûts pour les usagers.

Ecology North a indiqué être en faveur de certains changements dans la structure de propriété des centrales électriques. L’organisme souhaite que les collectivités puissent devenir propriétaire de mini-centrales hydroélectriques, comme celle développée à Whati, dans la région Tlicho.

À Fort Simpson, les résidents se sont dits opposés à la privatisation, estimant que cela générerait des pertes d’emplois.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du Nord, qui a mis en place une vaste campagne de relations publiques pour dénoncer la privatisation de la Société d’énergie, n’est cité nulle part dans le rapport.

Un second rapport présentant les recommandations de la commission doit être déposé plus tard cet été.