Bilan économique : Le secteur minier en perte de vitesse

04 octobre 2012
0 Commentaire(s)

Selon le dernier bilan déposé par le Conference Board du Canada, les Territoires du Nord-Ouest connaîtraient un ralentissement économique par rapport aux perspectives de début d’année.

Le contexte économique mondial n’est pas des plus favorables depuis quelques mois, notamment en raison des tensions au sein de l’Union européenne et du ralentissement de la Chine. Le Canada est sorti de la crise économique, certes, mais ses résultats financiers, dans le secteur minier, sont en baisse. Le Conference Board du Canada avait prédit une bonne croissance économique, dans ce secteur au début de l’année, mais révise ses positions dans son dernier bilan.
« Depuis le début de l’année, les prix de certains métaux ont chuté ce qui a amené les compagnies minières à réviser le montant alloué à l’exploration dans les différents territoires », lance Marie-Christine Bernard, directrice adjointe à l’analyse et aux prévisions pour le Conference Board.
À court terme, la santé économique du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon resteront bonne malgré un certain ralentissement. En milieu d’année, les prix de l’or et du zinc ont considérablement diminué. De plus, les quelques compagnies minières en bourse ont aussi vu leur cote baisser, ce qui influe sur le financement de nouveaux projets.
« L’environnement économique mondial baigne dans l’incertitude surtout en raison de la situation européenne et du relâchement de la Chine », confirme Mme Bernard.

Espoir à long terme
Sur le plan économique à moyen et long terme dans les territoires canadiens, le Conference Board se fait rassurant. Il y aura une croissance économique dans les années à venir, déjà la situation s’améliorera en 2013 et 2014.
« Il y a aura des projets de mines, principalement au Yukon et au Nunavut. C’est un peu différent pour les Territoires du Nord-Ouest, le secteur minier est plus mature, plus avancé dans le développement que les autres territoires », souligne la directrice adjointe.
Les TNO étant l’un des premiers territoires du Nord à avoir percé dans le domaine des mines, il n’est pas étonnant de voir un ralentissement de son économie puisque les gisements y sont plus anciens qu’au Nunavut et au Yukon.

Création d’emplois
Au niveau de la main-d’œuvre, depuis le début de 2012, il n’y a pas eu d’importantes phases de création d’emploi, mais cela n’a rien d’alarmant selon les analystes. Le Yukon et le Nunavut enregistrent une faible création d’emplois alors que les Territoires du Nord-Ouest n’en ont pas créé, on parle même d’une légère diminution.
« Cela ne veut pas nécessairement dire que ça influe sur l'emploi. Dans le secteur minier, il n’y a pas un besoin de main-d’œuvre considérable. Le développement se fait beaucoup avec la machinerie », précise Marie-Christine Bernard.

Enfin, le secteur des mines domine toujours l’économie du Nord et la croissance économique des TNO pour 2012 se porte plutôt bien avec ses 5 % d’augmentation. Une diminution est à prévoir cependant pour 2013-2014 alors que la production de la mine Diavik devrait ralentir. Le Yukon est plus faible, avec 3,7 % de son taux de croissance, mais il devrait atteindre 7 % d’augmentation en 2014. Le Nunavut ne se démarque pas par une croissance cette année. Cependant, les perspectives des prochaines années sont favorables notamment grâce à l’implantation de gros projets comme la mine de Marie River.