Science et exploitation des ressources : Le pousse-mine

21 novembre 2013
0 Commentaire(s)
Édith Martel, organisatrice de l'événement, et Scott Cairns, chef géologue et gestionnaire au bureau géoscientifique des Territoires du Nord-Ouest. (Photo DL)

Édith Martel, organisatrice de l'événement, et Scott Cairns, chef géologue et gestionnaire au bureau géoscientifique des Territoires du Nord-Ouest. (Photo DL)

Le plus gros événement des Territoires du Nord-Ouest

 

Avec leur foisonnement de mines, il est sans doute légitime et conséquent que les Territoires du Nord-Ouest se soient dotés d'un événement qui leur est consacré. C'est le Forum des géosciences de Yellowknife, un géant à l'échelle des Territoires, peut-être le plus gros événement territorial annuel en termes de participation.
« Le salon est présenté depuis 41 ans et grandit chaque année, affirme Édith Martel, une géologue qui œuvre pour le Bureau des géosciences des Territoires du Nord-Ouest, un organisme bicéphale régi par Industrie, Tourisme et Investissement du GTNO et Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADDC). L'AADCC est le véritable employeur d'Édith Martel, qui explique que le but premier du Forum est de rassembler les chercheurs et de les amener à partager leurs recherches pour promouvoir le développement économique durable. Dans une perspective de soutien à la croissance des industries minières et pétrolière bien sûr. La Chambre des mines des Territoires du Nord-Ouest du Nunavut est d'ailleurs un partenaire incontournable de l'événement, qui rassemble quelque 800 scientifiques, preneurs de décisions, représentants de communautés autochtones, etc.

Sciences et jeux
Le forum est divisé en deux segments. À St-Patrick/Wedeleh, on retrouve des kiosques où des compagnies proposent leurs services : transport, cartographie, machinerie, équipement électronique, etc. Le deuxième segment, c'est le programme scientifique, dont Édith Martel était cette année l'organisatrice, et qui est présenté au cinéma Capitol. Un véritable casse-tête à organiser. « On présente une centaine de communications scientifiques et techniques en trois jours, explique Édith Martel, regroupées en sessions thématiques. Cette année, nous en avons sur l'impact des changements climatiques, sur les routes de glace, sur le pétrole et le gaz, sur la géochimie environnementale, sur les manières d'engager les collectivités dans des projets, sur les liens entre le transfert des responsabilités et l'industrie minière, etc. »
À lire certains titres de conférences, on a l'impression que ces gens-là parlent une langue secrète à strict usage des initiés. Ce n'est pas complètement faux. Mais le Forum propose aussi des activités éducatives accessibles, en collaboration avec la Teacher's Association. Allain Saint-Cyr y participait cette année. Les classes de 4e, 5e et 6e année prennent part à des ateliers où ils apprennent les différents types de minéraux et leurs propriétés, s'instruisent sur les carrières associées aux géosciences. Un jeu a également été conçu amenant les élèves à chercher des réponses auprès des géologues et scientifiques présents au Forum.

Rock star
Les organisateurs invitent chaque année une rock star, comme ils se plaisent à le dire, un conférencier vedette. C'était cette année Gordon Osinski, qui est entre autres professeur à la Chaire de recherche en géologie planétaire au département des sciences de la Terre, de physique et d'astronomie à l'Université de Western Ontario, et qui a étudié des météorites qu'il a trouvés en Antarctique et des cratères de l’île Victoria. Gordon Osinski expliquait comment les météorites ont influencé la vie sur Terre et ce qu'ils nous révèlent sur les corps célestes et, possiblement, la vie dans l'univers. Pour l'édition 2014 du Forum des géosciences de Yellowknife, les organisateurs ont invité un des scientifiques de la mission Mars Science Laboratory, qui fait actuellement de l'exploration sur Mars. Ils ont baptisé baie de Yellowknife une partie de la planète ou leur robot Curiosity fait présentement de l'exploration.