Le poids des mots

Le rapport annuel sur les langues officielles du ministère de l’Éducation relate année après année les mêmes informations présentées et structurées de la même façon. Ce qui change d’une année à l’autre, ce sont les chiffres.

Et c’est encourageant de voir qu’ils augmentent. Par exemple l’an passé, 23 fonctionnaires se sont ajoutés au nombre d’employés qui ont reçu une prime au bilinguisme. En 2015-2016, les médias francophones, dont ce journal, ont publié des annonces gouvernementales en français pour une somme supplémentaire de 10 000 $.

Les chiffres qui m’interpellent le plus sont ceux reliés aux services de traduction du GTNO. Le nombre de projets traduits par le GTNO à plus que doublé pour atteindre 2743. Convertis en mots, ces projets ont dépassé la barre des trois millions de mots.


La communauté franco-ténoise a le beau rôle dans la bonification des communications et des services en français. Elle a affirmé ses besoins et maintenant, doit éprouver que ce qui a été dit soit mis en place. Avec un nouveau plan stratégique qui débutera en 2018, la prochaine année sera cruciale pour réajuster les besoins des Ténois concernant le français.

Autant il est normal de laisser au GTNO le temps d’acquérir de l’expérience et du savoir-faire pour rejoindre la francophonie, il est également légitime que la population n’ait pas le réflexe de solliciter ou d’utiliser les services francophones de première ligne : ils n’existaient pas il y a quelques années.


Vivement le deuxième plan.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.