Journée internationale de l’alphabétisation : Le jubilé de l’ABC

15 septembre 2016
Le comité organisateur du déjeuner composé de : John Mutford, Katie Johnson et Judith Drinnan. 
(Sandra Inniss)

Le comité organisateur du déjeuner composé de : John Mutford, Katie Johnson et Judith Drinnan. (Sandra Inniss)

Le 8 septembre souligne la Journée internationale de l’alphabétisation. Plusieurs auteurs et passionnés de littératie se sont réunis à la Bibliothèque publique
de Yellowknife pour un déjeuner, gracieuseté du Conseil de la littératie des Territoires du Nord-Ouest, lors de ce 50e anniversaire international.

Créée en 1965 par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), cette journée a pour vocation de sensibiliser la population à l’alphabétisation et à son importance dans notre quotidien. L’UNESCO a célébré la 50e journée de l’alphabétisation sous le thème « Lire le passé, écrire le futur ».


À Yellowknife, cela fait une vingtaine d’années que Judith Drinnan, propriétaire du Book Cellar, participe à l’organisation de cet événement rassembleur pour tous ceux qui travaillent dans l’univers de l'ABC. On a d’ailleurs pu apercevoir l’auteur et illustratrice francophone Alison McCreesh qui faisait la promotion de son livre et a rencontré les autres acteurs du milieu au déjeuner.


Pour Caroline Roux, mentore en littératie de la maternelle jusqu’à 10e année dans les classes d’immersion française à la commission scolaire YK1, il s’agit d’une occasion d’élargir ses connaissances sur les programmes qu’offrent le Conseil de la littératie des TNO et rencontrer des partenaires.


« Ils ont de beaux programmes, sont très actifs dans la communauté et disponibles quand j’ai des questions ou besoins de ressources », a commenté la mentore en littératie. Les petits chefs est l’un des programmes de littératie que Caroline Roux anime en immersion, lors duquel les jeunes sont invités à faire la lecture d’un album jeunesse et participent par la suite à une activité de cuisine en lien avec ce qui a été lu. « Le parent est là aussi, c’est l’occasion de faire la promotion de la lecture et de la littératie. On remet un livre à l’enfant à la fin de l’atelier, fourni par le Conseil. Le but, c’est de faire lire nos jeunes et mon rôle, c’est de faire connaitre la littérature jeunesse en français et de faire découvrir des auteurs et illustrateurs », a expliqué Caroline Roux.


Cette année, le gagnant ténois pour le prix d’alphabétisation du Conseil de la fédération des premiers ministres des provinces et des territoires est Archie Laroque, un résident déné de Fort Smith. « Après une absence de plus de trente ans, son retour à l’école pour devenir un apprenant adulte en tant qu’homme d’âge mûr ayant une famille a constitué un défi. Grâce à sa persistance, à son désir de maîtriser toutes les matières et à son dévouement à l’égard de ses études, M. Laroque a pu grandement améliorer ses compétences en alphabétisation et connaître une réussite scolaire », détaille un communiqué du Conseil de la fédération.


Le Conseil de littératie des TNO tiendra, du 25 septembre au 1er octobre, une semaine d’activités pour réfléchir à notre relation avec la technologie, qui rejoint le thème de l’UNESCO de cette année : l’innovation.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.