Le gouvernement de consensus

07 décembre 2017

L’Aquilon publie la lettre d’un lecteur et pousse le travail journalistique pour mieux comprendre. Le résultat est sans appel, qu’il y ait ou non un bénéfice pour un député dans le cas précis du projet de loi 30, le gouvernement de consensus possède des zones grises qui laissent planer le doute sur des histoires de collusion.

Au cours de cette recherche, force est de constater que le gouvernement des Territoires est doté d’un commissaire aux conflits d’intérêts. L’absence de conflit d’intérêts n’empêche pas un manque d’éthique. Justement, en février 2017, le Comité permanent des règles et procédures a recommandé que les tâches de ce commissaire soient élargies.

Qu’il puisse enquêter sur un bris des règles de conduite. Qu’il puisse également recommander sanctions ou pénalités au président de l’Assemblée. Le Comité recommande également que le commissaire soit désormais connu sous le nom de Commissaire à l’éthique.


Sans tenir compte de cette proposition, le mandat du commissaire aux conflits d’intérêts a été renouvelé en octobre 2017. Toutefois, la dernière recommandation du Comité présidé par le député O’Reilly stipule que les dispositions relatives aux conflits d’intérêts à l’Assemblée législative soient sujettes à une consultation publique avant la fin de la 18e Assemblée.
Ce nouvel appareil de surveillance est déjà essentiel aux TNO.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.